Le Brexit est-il vraiment en panne ?


Le Royaume-Uni se trouve aujourd'hui dans la position étrange et assez tordue d’un conjoint qui a décidé de divorcer mais qui, grâce aux atermoiements du juge, peut se maintenir au moins provisoirement dans le logement conjugal sans avoir à assumer le coût d’un déménagement.

Rappel des faits : des personnalités britanniques anti-Brexit ont contesté la validité juridique du référendum de juin devant la Haute Cour de Londres, laquelle leur a donné raison, ce qui devrait suspendre le processus dans l’attente d’une loi votée par le Parlement. Le Gouvernement a contre-attaqué et demandé à la Cour suprême britannique d’annuler cet arrêt. Réponse début janvier 2017[1].

Tout ceci a bien peu de chances de modifier le résultat final, car les députés n’oseront pas contredire leurs électeurs. Non plus que les Lords, qui pourtant n’ont même pas d’électeurs –puisqu’ils ne sont pas élus mais nommés.

Mais le résultat le plus probable de cet imbroglio sera de retarder un peu plus la sortie effective, retard pendant lequel le Gouvernement britannique traînera sans doute des pieds pour acquitter sa contribution, tout en réclamant sa part des restitutions et autres reversements : on le sait coutumier du fait. D’autant que, cerise sur le gâteau, nul ne sait comment régler la situation des personnels britanniques recrutés par la Commission, puisque leur statut de fonctionnaire européen les met en principe à l’abri d’un licenciement, alors même que le retrait de leur pays doit mécaniquement réduire les missions auxquelles les services doivent faire face.

Autrement dit : le futur divorcé, qui paie déjà le prix de son départ, risque en plus de laisser son ex-conjoint supporter seul des charges décidées en commun. Preuve supplémentaire qu’on est bien devant un accord perdant-perdant.

Merci qui ?

[1] Pour en savoir plus sur l’aspect juridique, cf l’analyse de Jean-Pierre Spitzer, avocat spécialiste du droit européen et secrétaire général du Mouvement européen dans : http://lechodesarenes.com/brexit-surprise-et-risque-de-meprise/ et http://www.mouvement-europeen.eu/?p=37149


Coordonnées

46-48 rue de la République
30900 NÎMES (France)
+33 (0) 4 66 21 77 50
info@maison-europe-nimes.eu

horaires

Du Lundi au Vendredi
de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Icône sociale YouTube
  • Instagram

Principaux partenaires

Région_Occitanie_2017.jpg
logo_gard_CMJN_1000X1000.jpg
alès agglo.jpg
Nîmes.jpg
640px-Erasmus+_Logo.svg.png