Accord de libre échange Japon - UE.. et apaisement côté USA


Le 17 juillet le Japon et l'Union européenne ont signé, en plus d'un accord de partenariat stratégique (qui guidera leur coopération internationale dans le domaine politique), un accord de libre échange qui supprimera la quasi-totalité des droits de douane sur les échanges de marchandises entre le Japon et l'UE, qui à eux deux représentent près d'un tiers du PIB mondial.

Cet accord devra être ratifié par le Parlement européen, mais pas par les parlements nationaux (voire régionaux comme en Belgique) car contrairement au CETA (Canada - UE, entré en vigueur partiellement) il ne comporte pas de dispositions sur l'arbitrage des litiges en matière d'investissement. En effet les discussions sur les investissements sont encore en cours.

L'accord de libre échange Japon - UE est caricaturé comme "fromages contre voitures": les Européens ont dit d'accord pour un accès plus libre des voitures japonaises au marché européen, à condition que les productions agro-alimentaires européennes aient un meilleur accès au marché japonais. Jusqu'à maintenant la viande de boeuf ou les fromages européens sont soumis à près de 40 % de droits de douane.

Cet accord de libre échange contraste singulièrement avec les barrières douanières que multiplient les initiatives de Donald Trump.

Comme le permettent les règles de l'OMC (Organisation mondiale du commerce), l'UE a répliqué aux décisions unilatérales des USA de taxer l'acier et l'aluminium importés de l'UE, en menaçant de taxer aussi les automobiles importées de l'UE. Les cibles des droits de douane européens ont été choisies avec soin: les motos (les fameuses Harley-Davidson), les lave-linge (Whirlpool), les jeans, le bourbon...

Coup de théâtre le 25 juillet: Donald Trump et Jean-Cklaude Juncker, président de la Commission européenne, ont signé un armistice surprise! La menace sur les automobiles s'éloigne, l'UE achètera plus de gaz naturel et de soja américains, les deux parties vont travailler à une réforme de l'OMC. Cependant les droits de douane sur l'acier et l'aluminium européens et sur les produits américains visés par la réplique européenne ne sont pour le moment pas suspendues.

Donald Trump a déclaré "Nous nous sommes mis d'accord pour développer le libre échange transatlantique: l'objectif est d'avoir zéro droit de douane, zéro barrière non tarifaire et zéro subvention sur les biens industriels hors automobile". Un groupe de travail commun doit être constitué pour y travailler.

Un absent de ces déclarations: les produits agricoles. Jean-Claude Juncker a laissé entendre que pour inclure les produits agricoles dans un accord l'UE exigerait la fin du "Buy american act" qui protège les entreprises américaines pour l'attribution des marchés publics aux USA.

Mais cet apaisement, après que M. Trump ait qualifié l'UE d'ennemi (commercial), peut n'être que temporaire, il peut être lié à l'approche des élections de mi-mandat en novembre: les producteurs de soja sont des électeurs...: M. Trump a souvent montré une grande versatilité dans ses déclarations, tout en étant déterminé à démanteler l'ordre commercial multilatéral actuel (l'OMC), alors que la France, notamment, souhaite que les négociations commerciales restent dans le cadre de l'OMC.


Coordonnées

46-48 rue de la République
30900 NÎMES (France)
+33 (0) 4 66 21 77 50
info@maison-europe-nimes.eu

horaires

Du Lundi au Vendredi
de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Icône sociale YouTube
  • Instagram

Principaux partenaires

Région_Occitanie_2017.jpg
logo_gard_CMJN_1000X1000.jpg
alès agglo.jpg
Nîmes.jpg
640px-Erasmus+_Logo.svg.png