"Un amour de la liberté" : Andrea, volontaire hongroise à Ganges pendant 6 mois

Mon SVE dans le sud de France

Dans les six derniers mois, que j’ai passés en France, j’ai beaucoup appris sur les différentes formes d’amour. Mais au lieu de la France je devrais dire l’Occitanie, parce qu’une chose que j’ai découverte ici c’est l’amour que tout le monde témoigne envers cette douce région. J’ai rencontré des gens qui sont nés ici, des gens qui sont arrivés de partout en France, et des gens qui sont venus de l’étranger, mais une chose était en commun dans tout le monde : ils ne voulaient pas partir d’ici. Et pourquoi on ne veut pas partir ? Ça a aussi à voir avec l’amour : une quantité saine d’amour propre – bien manger, bien se reposer, avoir des beaux paysages juste à portée de main – ça fait du bien.

J’ai aussi rencontré un amour de la liberté. On a des notions différentes sur l’équilibre travail-vie ici, par rapport à ce que j’ai vu ailleurs. Je n’ai pas vu des gens se dépêcher pendant le déjeuner. J’ai vu les magasins fermer entre 12h et 14h, et les restaurants fermer pour l’après-midi. Il semble qu’il y a quelque chose plus important que le profit, et je peux très bien vivre avec ça. Beaucoup de monde que j’ai rencontré même préfèrent faire un travail temporaire pour pouvoir exercer leurs passions dans le temps qui reste : théâtre, musique, littérature, nature, voyage etc.

Je pourrais continuer l’éloge pendant longtemps, mais peut-être vous êtes déjà impatients à

poser la question : « et le projet ? ». Pas besoin de s’inquiéter, j’y ai aussi appris de l’amour. J’ai travaillé avec des enfants entre 3 ans et 15 ans dans trois cadres différents : dans les centres de loisirs, dans les écoles pour les activités périscolaires, et au collège. Avec les plus petits, grâce à mes collègues, j’ai appris comment je peux m’occuper des enfants avec patience, gentillesse et fermeté, et aussi que les petits peuvent montrer qu’ils m’aiment dans les moments les plus inattendus. Avec les écoliers, j’ai appris à m’adapter vite à leur insatiable besoin pour les jeux. Et avec les collégiens, j’ai appris qu’ils peuvent être très empathiques et tu n’as même pas besoin d’être cool, tant que tu restes authentique.

Est-ce que j'ai seulement eu des expériences positives ? Certainement pas. Est-ce que j’ai eu des moments difficiles ? Bien sûr. Est-ce que je suis contente d’être venue ? Oh que oui. Parce qu’il y avait toujours quelqu’un, mon tuteur, ma coloc, une collègue, un ami, qui m’a aidé quand j’en avais besoin. De plus, j'ai appris à m'aimer davantage grâce à toutes les forces que j'ai trouvées en moi.

à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
no-posts-feed.on-the-way
no-posts-feed.stay-tuned
50 ans de la MDE :
que s'est-il passé en 1966 ?
ARCHIVES

Coordonnées

46-48 rue de la République
30900 NÎMES (France)
+33 (0) 4 66 21 77 50
info@maison-europe-nimes.eu

horaires

Du Lundi au Vendredi
de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Icône sociale YouTube
  • Instagram

Principaux partenaires

Région_Occitanie_2017.jpg
logo_gard_CMJN_1000X1000.jpg
logo-ville-de-nimes.jpg
640px-Erasmus+_Logo.svg.png