top of page

Brèves : Pologne, traité du Quirinal, Afghanistan



Varsovie

La moitié des Polonais considèrent que les institutions de l’UE sont « trop faibles  » face au conflit sur l’État de droit. « Les institutions de l’UE réagissent trop tard et trop faiblement face aux violations du droit communautaire par les gouvernements », selon 48 % des Polonais, d’après un nouveau sondage de l’Institut des affaires publiques (ISP). Seuls 22 % des personnes interrogées ne sont pas d’accord avec cette affirmation.

(Piotr Maciej Kaczyński | EURACTIV Pologne)


Le traité du Quirinal signé entre la France et l’Italie pour renforcer leur coopération

Ce « traité pour une coopération bilatérale renforcée », dit traité de Quirinal, est exceptionnel en Europe : il est le second traité signé par la France après celui de l’Elysée, paraphé en 1963 avec l’Allemagne, complété par celui d’Aix-la-Chapelle en 2019.

Son objectif est de mettre en place une coopération étroite entre Rome et Paris afin de partager des objectifs stratégiques pour une Europe plus souveraine. Cette collaboration englobe aussi bien le développement durable que l’innovation, en passant par la culture et la sécurité, est un outil plus concret qui met en œuvre l’intégration européenne.


Les deux responsables ont multiplié les références à leur engagement européen, estimant que leur rapprochement renforçait l’Union européenne dans un contexte difficile pour le bloc, après le Brexit et au moment où la chancelière allemande, Angela Merkel, passe la main à Berlin.

« Les institutions que nous avons l’honneur de représenter s’appuient sur les mêmes valeurs républicaines, sur le respect des droits humains et civils, sur l’européisme », a déclaré Mario Draghi, président du Conseil des ministres d'Italie et ancien président de la Banque centrale européenne


Pour Emmanuel Macron, ce traité scelle une amitié profonde : « Pays fondateurs de l’Union, premiers signataires des traités (…), nous défendons une Europe plus intégrée, plus démocratique, plus souveraine ».


Les talibans demandent l’aide de l’UE pour garantir le fonctionnement des aéroports

« Les talibans ont demandé l’aide de l’Union européenne pour garantir le fonctionnement des aéroports afghans et a confirmé son engagement à garantir et à faciliter le passage en toute sécurité des ressortissants étrangers et des Afghans qui souhaitent quitter le pays », a déclaré dans un communiqué le service diplomatique de l’UE (SEAE). (28 novembre).

« À cet égard, les deux parties ont souligné l’importance fondamentale de maintenir les aéroports afghans ouverts et la délégation afghane a demandé une aide pour maintenir les opérations des aéroports », ajoute la diplomatie européenne.


Les talibans se sont également engagés à respecter leur promesse d' « amnistie générale » pour les Afghans qui ont travaillé contre eux pendant les deux décennies de domination occidentale, jusqu’au retrait précipité des États-Unis en août, selon ce document.

Par ailleurs « les deux parties se sont déclaré gravement préoccupées par la détérioration de la situation humanitaire en Afghanistan à l’approche de l’hiver », indique le communiqué, qui précise que l’UE continuera à fournir une aide humanitaire.

Les talibans ont réaffirmé qu’ils feraient respecter les droits de l’homme «conformément aux principes islamiques» et qu’ils accueilleraient le retour des missions diplomatiques qui avaient été fermées, selon la déclaration.


L’UE précise dans le communiqué que « le dialogue n’implique pas la reconnaissance par l’UE du gouvernement intérimaire (taliban) mais fait partie de l’engagement opérationnel de l’UE, dans l’intérêt de l’UE et du peuple afghan ».

コメント


à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
bottom of page