top of page

La Commission européenne se rend sur le terrain

Voir concrètement comment sont utilisés les fonds européens, découvrir la diversité des projets réalisés sur le terrain, rencontrer les personnes et les structures qui s’investissent pour faire évoluer la société, pouvoir expliquer concrètement à quoi sert l’Europe, voilà la mission que s’est donnée Valérie Druzet-Humez, cheffe de la Représentation de la Commission européenne en France. Depuis quelques mois elle se déplace dans toute la France, elle était dans le Gard le jeudi 4 avril avec un programme riche préparé par la Maison de l’Europe de Nîmes.

Elle s’est tout d’abord rendue sur la base de la Sécurité civile à Garons pour visiter le HUB 46 et les projets Nemausus, futur centre d’expertise en matière de protection civile, et SEMEDFIRE sur les transferts de technologie pour la gestion du risque feux de forêts (nous y reviendrons le mois prochain).


Rencontre au Hub 46


 Elle a pris la route de Vauvert pour découvrir le projet « Repère » soutenu par la Mission locale de petite Camargue et l’Ecole de la seconde chance puis l’école de la transition écologique (ETRE) installée dans des locaux mis à disposition par la SNCF.

 A cette occasion elle a témoigné « de l’importance que l’Union européenne, à travers ses différents programmes, accorde à la jeunesse ; c’est vrai pour la jeunesse en général, à qui incombe la construction de l’Europe de demain, mais plus encore pour les jeunes qui restent, pour des raisons diverses, écartés des opportunités d’échange et de mobilité alors que celles-ci constituent un atout considérable en termes d’employabilité et d’insertion citoyenne ».


Présentation du plan de protection des inondations


L’après-midi, c’est dans la garrigue que le président de Nîmes Métropole Franck Proust l’a amenée découvrir les ouvrages d’art réalisés pour protéger la ville de Nîmes des redoutables épisodes cévenols : le barrage Mejean dans le quartier de Vacquerolles et le bassin des Antiquailles au début de la route d’Alès.


Bassin des Antiquailles


Ces Programmes d’Action de Prévention des Inondations (PAPI) sont respectivement soutenus à hauteur de 30% et 25%  par le FEDER (Fonds européen de développement régional).

Les fonds européens consolident ces projets et bien d'autres encore.

Comments


à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
bottom of page