top of page

Les aventures de Sarah à Berlin

Quand j’ai entendu que la Maison de l’Europe de Nîmes donnait l’opportunité d’aller à Berlin pour faire un stage, j’ai immédiatement sauté sur l’occasion. Après une recherche de travail intensive en 2020 qui fut peut concluante, je me suis dit qu’aller à Berlin était l’occasion parfaite pour avoir plus d’expérience professionnelle. À vrai dire, j’ai appris bien plus que je ne pensais pendant ces 5 semaines ici.


Je m’appelle Sarah et j’ai 23 ans. Je vis à Nîmes depuis Aout 2019. J’ai une passion pour les voyages, les langues ce qui se traduit dans mon parcours universitaire. Je détiens une licence trilangue que j’ai eu à Aix-Marseille Université. J’ai validé cette dernière en faisant un échange universitaire à l’Université de Tokyo des études étrangères au Japon. J’ai toujours eu un intérêt pour les relations internationales et la diplomatie. Un de mes rêves serait de travailler pour l’ONU. Grace à la collaboration de la Maison de l’Europe avec Education Berlin, j’ai pu décrocher mon stage de rêve en parfaite corrélation avec mon parcours et mes ambitions : stage de 4 semaines au European Youth Parlement Germany (EYP).


Bien sûr, je n’étais pas la seule personne à partir à Berlin. Les 4 autres participants de ce projet Erasmus ont tous un parcours très différent du mien (master en marketing, projet d’étude dans l’électricité, design, etc.) ce qui a rendu notre séjour d’autant plus intéressant !

Les participants Erasmus+ de droite à gauche : Moi, Camélia, Ansfati, Aymen et Mouayadi


L'arrivée à Berlin


Camélia et moi sommes arrivées le dimanche soir dans notre nouvelle maison. Notre famille d’accueil parle seulement l’allemand et notre connaissance en allemand était très limitée. Cependant, grâce aux cours intensifs d’allemand (4h par jour) que nous avions la première semaine de notre séjour, j’ai pu comprendre certaines choses. Malgré la barrière de la langue, ce fut néanmoins une rencontre pleine de rires.


La première semaine, en plus des cours d’allemand, était dédiée à l’orientation : comment prendre les transports, où faire les tests PCR, etc…

La nouvelle maison de Sarah et Camélia





Le point de rencontre pour chaque sortie, l’horloge universelle Urania à Alexanderplatz

Même si ce n’était pas la première fois que je vivais dans un autre pays, c’était la première fois que j’ai vécu un choc culturel ! Les deux premières semaines étaient difficiles et il m’a fallu du temps pour m’adapter. Après réflexion, j’ai compris pourquoi je n’ai pas eu de choc culturel en vivant au Japon et en Colombie… C’est parce que je comprenais la langue parlée dans ces pays.

Avant d’aller à Berlin, je n’ai jamais eu d’intérêt pour l’Allemagne et sa culture et je ne connaissais pas la langue. Je me suis rendue compte que connaitre plusieurs langues était très important et que cela pouvait influencer sa propre expérience à l’étranger. Je n’aime pas les clichés mais l’allemand n’est pas connu pour la langue qui parait la plus douce à l’oreille de ce fait, quand je demandais mon chemin ou quand je voulais poser une question aux locaux, je pensais qu’ils étaient énervés contre moi ! Au fil des semaines, j’ai appris que ce n’était pas le cas.


Le stage


Nous avons officiellement commencé nos stages la deuxième semaine de notre séjour.


Pour mon premier jour de stage j’ai fait l’expérience d’un autre choc culturel : en prenant le bus et le train le lundi matin pour aller à mon lieu de stage, j’ai remarqué que tout le monde était habillé en tenue très ‘casual’. Alors conseil pour les personnes qui auront l’opportunité de travailler à Berlin, pas besoin de tailleur ni de talons !

De gauche à droite : Claudia (mentor de stage), Lilith et Nadia (en service civique), et Sarah



Lieu de stage

En tant que chef de projet, mon objectif était d’organiser une table ronde qui réunit des experts, des parlementaires et des jeunes pour parler des relations Franco-Allemandes en ce qui concerne le changement climatique. Mes missions : gestion de projet, faire de la recherche, traduire des documents officiels, gérer une équipe et s’assurer qu’elle progresse et créer et développer le concept de la table ronde.

Avec la situation sanitaire actuelle, j’ai dû aussi faire du télétravail, une première fois pour moi, ce qui m’a appris à gérer mon temps et à être autonome.

Flyer promotionnel pour l'évènement

Mon projet était en collaboration avec l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ). Je suis contente d’avoir eu l’opportunité de faire ce stage. Je pense avoir acquis des compétences professionnelles mais j’ai surtout appris beaucoup de choses sur moi-même et mes capacités en leadership.

Le reste de mon stage s’est très bien passé, avec le temps j’ai pu développer de bons liens avec mes collègues de bureau.


Les sorties


Le week-end nous avons eu des sorties avec Éducation Berlin. La première sortie était une visite privée du Bundestag. Notre deuxième visite s’est faite à l’ancien palais du roi de Prusse Frédéric II, le palais Sans-Souci, qui se trouve à Postdam (une ville limitrophe à Berlin). Notre dernière visite avec Education Berlin était Pfaueninsel, aussi appelé l’Île aux Paons. Ce site fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO en Allemagne.


Nous avons pu faire une sortie en dehors Berlin, cette fois si organisé par la Maison de l’Europe, à Frankfort an der Oder, qui se trouve sur la frontière entre l’Allemagne et la Pologne. Pendant cette sortie, nous avons déjeuné à Słubice en Pologne.

La première fois en Pologne de Sarah



Pour conclure, mes 5 semaines à Berlin se sont passé à merveille. Même si j’ai eu besoin d’un temps d’adaptation au début, je compte revenir à Berlin pour prolonger la durée de mon stage. Et qui sait, peut-être que je continuerais d’autres aventures à Berlin même après mon stage !



Comments


à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe