top of page

Les jeunes bougent avec l’Europe : Oumaïma en stage à Berlin et Saga notre nouvelle volontaire

Nous sommes ravis de partager avec vous le témoignage d’Oumaïma qui a eu l'opportunité de participer au programme stage Erasmus+ et de vivre une expérience exceptionnelle à Berlin grâce à la Mission Locale Rhône Argence.

À travers son récit, Oumaïma nous emmène dans son voyage à la découverte d’un métier nouveau, de ses motivations profondes, de la quête de son projet professionnel, et de ses missions. Découvrez comment ce projet a non seulement enrichi sa carrière professionnelle, mais aussi transformé sa vie d'une manière inattendue. Suivez l'histoire d’Oumaïma et laissez-vous inspirer par les possibilités offertes par le programme Erasmus+ !


Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Oumaima, j’ai 20 ans. Je vais entrer en BTS management, hôtellerie restauration à Toulon. Je suis actuellement en stage dans le même domaine et ça se passe plutôt bien.


Qu’est ce qui t’a donné envie à partir en stage professionnel Erasmus+ à Berlin ?

Ce n’était pas du tout prévu à la base. Je recherchais ce que je voulais faire car je venais de sortir de la fac de sciences qui ne me plaisait pas. Je suis allée à la Mission Locale Rhône Argence, à Beaucaire où ils ont vu mon profil : que j’aimais les langues, les voyages … et ils m’ont proposé le projet de stage Erasmus+. C’était le projet qui me correspondait le mieux selon eux et ils ont eu raison ! C’était exactement ce que je voulais faire. Donc j’ai accepté directement.


Quelles étaient tes motivations avant de partir ?

Je voulais absolument savoir ce que je voulais faire plus tard. Le domaine de l'hôtellerie m'intéressait. J'avais déjà travaillé, dans l'hôtellerie, mais juste comme femme de chambre et je voyais les réceptionnistes travailler et ça m’intéressait, j'ai donc demandé à faire un stage dans ce domaine et ça s'est super bien passé du coup.


Est-ce que tu avais des peurs et des craintes avant de partir ?

On m'avait dit qu'ils parlaient beaucoup anglais là-bas et ça me faisait un peu peur parce que ça faisait un moment que je n’avais pas pratiqué.

Mais finalement, ça s'est super bien passé la peur est très vite passée. J'avais aussi un peu peur que 5 semaines ce soit long et finalement c’était même trop court ! J'aurais aimé rester un peu plus longtemps et l’hôtel où j’ai fait mon stage Erasmus m’a proposé de rallonger pour la saison. Mais je n’ai finalement pas pu, j'ai dû rentrer en France, j'étais dégoûtée. Mais bon, c'est comme ça.


Penses-tu que ton anglais a vraiment évolué ?

Oui, franchement ! Au début je cherchais des mots sur Google Traduction, ensuite j'essayais de ne plus chercher pour trouver mes mots toute seule, et à la fin, franchement c’était fluide.

J’avais un petit blocage alors que j'avais tout en tête. Mon niveau d'anglais était plutôt basique, et il fallait juste que je pratique un peu. Et après, c'est parti tout seul, sans problème.


Est-ce que les déblocages linguistiques en anglais et en allemand réalisés à la Maison de l’Europe avant ton départ t’ont paru utiles ?

Oui ça m’a permis de tâter le terrain, on va dire. C’était court mais simplement revoir les bases et commencer à parler c’était bien.

L’allemand a été un peu moins utile parce que je parlais plus anglais qu’allemand. C’était un peu plus compliqué mais je pouvais au moins me présenter : mon prénom, mon âge, où j’habitais …. Je parlais surtout anglais, après les formules de politesse et tout ça, c’était en allemand. J’essayais de placer des petits mots à droite, à gauche. Les Berlinois parlent beaucoup anglais en fait. Donc ça suffisait largement.


Je ne pensais pas qu'à Berlin j'allais apprendre l'anglais. Mais en fait, on ne peut pas savoir qu’elle est aussi multiculturelle.


C’est vrai que l’Allemagne n’est pas un pays anglophone mais il y a d'autres pays ou villes comme Berlin, où l’on peut largement améliorer son anglais car c’est une langue universelle. A partir du moment où l’on sait qu’on sera entouré de personnes venant de partout, on verra une progression. Il faut juste pratiquer, s’ouvrir aux autres et on trouvera forcément quelqu’un avec qui parler. Dans tous les pays où j’ai pu aller, j’ai toujours trouvé une personne qui parlait anglais. En plus, on ne s’ennuie jamais à Berlin.


Alors comment s'est passé ton stage ? Ta vie à Berlin ?

Quand je suis arrivée sur le lieu de mon stage, j'avais un peu d’appréhension et je trouvais que c'était très carré et qu’ils avaient l'air un peu froid. J’ai dû vite me mettre en tenue. M’adapter au cadre n’a pas été une chose compliquée, au contraire, j’ai adoré.


Oumaïma sur son lieu de stage


Ils étaient tellement attentionnés, très bienveillants ! Dès qu'ils pouvaient m'aider sur un truc, m'apprendre un truc, ils prenaient le temps. Alors qu’on n’a pas de temps en hôtellerie, on court toujours à droite, à gauche !

Avec le temps, tout s’améliorait. A la fin, on était amis malgré l’écart d’âge et c’était super.

L’ambiance était géniale. Ils m’ont appris beaucoup de choses.

Même si les logiciels étaient en allemand, le principe était le même. Cela a était plus simple pour moi une fois de retour en France de me repérer avec les logiciels de réservation par exemple.


Je sentais que j’étais réellement utile parce, quand est arrivé le moment du retour, ils étaient au bout de leurs vies haha ! Au fil du temps, ils avaient oublié certaines choses parce qu’ils savaient que je m’en occupais. Ils me faisaient confiance à 100% et c’était quand même incroyable. Cette confiance de leur part a été très gratifiante et encourageante aussi j’essayais de tout bien faire comme il fallait. Ils n’ont jamais eu peur de ce que je pouvais faire. Et à la fin alors que ce n’était pas un stage rémunéré, ils m’ont quand même rémunérée et m'ont proposé de prolonger le stage. Après ils m'ont dit que dès que je pouvais revenir, ils m'accepteraient directement, que ce soit en stage ou même pour un petit poste.


Est-ce que tu as un souvenir marquant à nous partager ?

J’ai rencontré mon copain actuel là-bas. Donc oui, c’est ça mon meilleur souvenir finalement haha !


Est-ce que l’aventure internationale te faisait rêver ?

J'avais déjà fait des échanges avec le collège mais c'était beaucoup plus formel, plus cadré. Et puis on était très jeunes. Là j'étais vraiment livrée à moi-même. C’était la première fois de ma vie que ça m'arrivait d’être autant autonome et en plus à l’étranger !

Le groupe des différents stagiaires Erasmus+, Oumaïma est au centre


Qu'est-ce que tu as appris ?

J'ai appris que je pouvais être très optimiste. Que je pouvais faire face à beaucoup de problèmes en réalité. Je n’ai pas eu beaucoup de soucis lors de mon séjour à Berlin, mais quand j'avais un truc en face de moi, j'arrivais à le gérer sans souci. Niveau adaptabilité, je m'adaptais très vite que ce soit au niveau pro ou perso. J’ai appris beaucoup de trucs comme ça.


J'ai vu aussi que le domaine de l'hôtellerie m'intéressait beaucoup. Avant de partir, j'étais dans le flou total, je ne savais pas ce que je voulais faire. Et quand je suis retournée en France, j’avais un projet pro solide. Le stage Erasmus+ m'a apporté la confirmation que ce domaine était fait pour moi. Je n’avais plus de doute, j’ai eu un coup de cœur pour la profession.


Je suis actuellement en stage dans un hôtel 4 étoiles qui a une petite capacité et je vois la différence avec l’hôtel de Berlin. Cela n’a rien à voir, étant donné qu’il est petit, on est très polyvalent.


Aurais-tu des conseils pour les personnes ayant peur de passer le cap ?

Une fois arrivés à l'étranger, vous allez, finalement vouloir prolonger votre mobilité. Il faut juste bien s'organiser, être ouvert aux autres et à tout, que ce soit pour de nouvelles expériences ou de nouvelles personnes. Il faut vraiment ne pas se prendre la tête. Il faut se faire confiance et se dire que s’il y a des gens qui peuvent le faire alors nous aussi on peut le faire ! De plus, il faut quitter Papa et Maman un jour ou l'autre. Il faut bouger, voir ce qui se passe autour, parce que ça va vous faire grandir, gagner en maturité et au niveau professionnel aussi. Cela ouvre de nouvelles portes.

Même s’il y a des expériences qui sont moins bonnes que d'autres on peut toujours en retirer quelque chose. Je pense que ça apporte beaucoup d’aller à l’étranger. Même s’il y a des trucs négatifs qui t'arrivent dans la vie, dans tous les cas, tu sauras rebondir, ça va te forger pour d'autres situations. De plus, tu sauras ce que tu veux faire ou pas. Du coup si c'est ton stage qui s'est mal passé par exemple, il faut être prêt à relativiser.


Un petit mot pour la fin ?

Pour les gens qui veulent partir en stage professionnel, que ce soit à Berlin ou ailleurs, franchement, allez-y parce que on est super bien accompagnés, au niveau l’organisation et au niveau financier aussi. C'est super bien cadré. Tout, vraiment tout est prévu, il n’y a rien qui est fait au hasard.

Visite des membres de la Mission locale et de la Maison de l’Europe à Berlin pour évaluer le déroulement des stages


Donc lancez-vous et ne vous prenez pas la tête ! ça ne sert à rien, même si votre stage, ce n’est pas ce que vous vouliez au départ, ce n’est pas grave.


Je voudrais dire un grand merci à la Maison de l'Europe et à la Mission Locale. Ce projet a chamboulé ma vie ! C’était génial ! Que du positif, donc merci beaucoup !


Le projet de stage d’Oumaïma a été entièrement financé par l’Agence Nationale Erasmus+ et par la Région d’Occitanie. Suivez nos actualités pour vous renseigner sur d’autres offres de mobilité actuellement disponibles !



Présentation de Saga, nouvelle volontaire de la Maison de l’Europe


Bonjour,

Je m’appelle Saga Berhin, et j'ai rejoint la Maison de l'Europe de Nîmes en tant que volontaire en Corps européen de Solidarité. Je suis originaire d’une ville dans le sud de la Suède appelée Malmö, près de Copenhague. J'ai voyagé et vécu dans différentes parties de l'Union européenne et je suis très heureuse de pouvoir découvrir une nouvelle région : la France et Nîmes ! J’espère pouvoir inspirer et aider les gens à explorer les possibilités offertes par l'Union européenne, à développer leurs compétences linguistiques et à créer de nouvelles amitiés.


Comments


à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
bottom of page