Lettre Europe Été

RÈGLEMENT DE COMPTES A O.K CORPS ÉLECTORAL !*

Les élections européennes ont laissé derrière elles un certain nombre de victimes, dirigeants politiques et partis !


En politique, on ne peut pas donner pour mort définitivement quelqu'un qui est toujours vivant physiquement, donc nous nous contenterons de lister les blessés graves !


– au Royaume-Uni, la première ministre Theresa May est à terre tandis que le paysage politique ressemble à un champ de ruines ; Jeremy Corbin et les travaillistes sont sérieusement atteints par les éclats !

– en France, Les Républicains sont en soins intensifs, Laurent Wauquiez au tapis tandis que la France insoumise et les socialistes sont aux urgences !

– En Allemagne, la chancelière Angela Merkel et sa grande coalition ont senti le vent du boulet !

– En Italie, le vice premier ministre Mateo Salvini et la Ligue ont tiré le tapis sous les pieds de Luigi di Maio et de son Mouvement 5 étoiles qui perd la moitié de ses électeurs!

– En Roumanie, le dirigeant du Parti social démocrate au pouvoir, Liviu Dragnea, est passé directement des estrades à la prison !

– En Grèce, le premier ministre Alexis Tsipras (Syriza), mis en danger, a été obligé d'annoncer des élections législatives anticipées.

- Aux Pays-Bas, le dirigeant eurosceptique Geert Wilders a perdu les trois quarts de ses troupes.

– En Belgique, la fracture s'accroît entre la Flandre qui accorde sa confiance à l'extrême droite du Vlaams Belang et la Wallonie qui a voté plutôt pour les Verts et les socialistes.

– etc...


On ne pourra plus dire que les élections européennes sont des scrutins secondaires, sans intérêt et sans conséquences! Même si beaucoup d'électeurs se sont probablement déterminés au moins en partie sur des éléments nationaux, le vote simultané dans les 28 Etats membres de l'UE dessine bien des mouvements d'opinon importants.

* Clin d’œil au célèbre western américain de 1957


30 événements, plus de 1 100 personnes,

un grand merci à nos partenaires et à tous les participants

du JOLI MOIS DE L’EUROPE

[Retour sur le Joli Mois de l’Europe en détails]

Comme chaque année, durant tout le mois de mai de nombreuses structures associatives et institutionnelles ont fêté l’Europe en organisant beaucoup d’événements. Dans cet article nous vous présentons comment s’est déroulé notre Joli Mois de l’Europe 2019.

Les événements du Joli Mois de l’Europe peuvent se regrouper dans quelques catégories :

Nos animations traditionnelles

dans le cadre de l’action « Kiosque Europe »

  • Institut d’Alzon à Nîmes « l’UE au quotidien »

  • Collège Feuchères à Nîmes « l’UE et la démocratie »

  • E.P.L.E.F.P.A Nîmes – Rodilhan « Mobilité européenne »

  • Collège La Galaberte - Saint Hippolyte du Fort « Diversité linguistique de l’Europe »


Conférences « Cette fois je vote »

aux établissements scolaires

  • Lycée Ernest Hemingway à Nîmes

  • Lycée La Salle d’Avignon

  • Lycée agricole François Rabelais de Saint Chély d'Apcher en Lozère


Soirées-débats « Elections européennes »

co-organisées avec nos partenaires : Région Occitanie,

PETR (Pôle d'équilibre territorial et rural) Sud Lozère, GAL CAUSSES Cévennes,

FCPE du Gard, Mouvement Européen France – Gard.

  • "Est-ce que l'Europe est devenue le conservatoire de la démocratie libérale?" avec Jean MATOUK à la Maison de l’Europe de Nîmes

  • "Ce que l'Europe fait pour moi" à la Maison de la région à Nîmes

  • "Unis dans la diversité, vraiment ? L'Europe en 2019, parlons-en!" à la Bibliothèque Roger-Cibien à Florac

  • "Elections européennes : mode d’emploi" à Althen-des-Paluds 84, à la médiathèque de Lasalle, à la Maison pour Tous à St Christol lez Ales, à l’association « Les mille Couleurs » à Nîmes

  • Diffusion d’un débat des 6 candidats à la Présidence de la Commission européenne à la Maison de l’Europe de Nîmes

  • "Education et Europe: un enjeu pour le 21ème siècle" avec les représentants de candidats aux Elections européennes 2019

Fêtes de l’Europe

  • L’Europe en scène" au Spot à Nîmes avec des jeunes de Nîmes et d’Alès

  • "Le Rallye de l’Europe" à Bagnols-sur-Cèze avec des collèges (co-organisé avec le Comité des Jumelages)

  • Participation aux marchés européens à Bellegarde et à Aramon

  • Présentations des pays des volontaires européens participants aux activités éducatives aux Lycées CCI et St Vincent de Paul à Nîmes

L'action « Repas du monde » à Vauvert

co-organisée avec la Communauté de Communes de Petite Camargue

et le Centre social RIVES

Pour cette édition, toutes les classes du CE1 au CM2 des écoles Libération, Jean Macé et André Roujeon ont reçu une brochure par élève adaptée à leur niveau pour travailler sur différents sujets liés à l'Union Européenne. Pour compléter ce travail en classe, l'exposition "Unie dans la diversité" a été installée pour la semaine du 20 au 24 mai dans ces écoles de Vauvert.  

Enfin les élèves des 3 écoles ont découvert l’Europe et sa diversité culturelle et linguistique par des jeux animés par l’équipe internationale des volontaires de la Maison de l’Europe de Nîmes. Les jeunes venaient d'Italie, d'Espagne, d'Allemagne, d’Autriche, de Russie, de Lettonie, de Pologne, de Roumanie et de Turquie.

Pendant 4 jours la cantine de l’école a proposé aux élèves des menus de différent pays, parmi lesquels les enfants ont gouté les saucisses de Francfort, les spaghettis bolognaise, du kagit kebabi avec du bulgur pilavi (Turquie) et du poulet à la Kiev.

Mobilité

  • Le 14 mai nous avons accueilli à Nîmes 10 volontaires européens qui habitent en Ile-de-France et qui ont fait une tournée d'informations sur Erasmus+, dont Nîmes était une étape !

  • Formations au départ/bilans au retour pour les jeunes de diverses structures bénéficiant de bourses Erasmus+ pour des stages professionnels dans d’autres pays européens

  • Réunion mensuelle sur les programmes européens de mobilité à la Maison de l’Europe de Nîmes

Des stagiaires dans la ville de l’Oder et ses environs. Article dans un journal de la région de Franfort-sur-Oder (Allemagne), 22/23 mai 2019 Des aides-soignants pour personnes âgées et malades, venant de la ville française de Nîmes [jumelée à Francfort-sur-Oder], sont en stage à Francfort-sur-Oder. Ils sont venus avec leur anglais scolaire et dix heures de cours d'allemand. Après deux semaines, ils comprennent mieux de jour en jour et le soir ils sont "totalement fatigués, mais heureux". Avec l'aide de la Maison de l’Europe de Nîmes, de l'Ecole des professions de santé d'Eisenhütten-stadt et du Centre de coopération avec Slubice[1] de Francfort-sur-Oder, un groupe d’aides-soignants de Nîmes effectue actuellement un stage d'un mois au Centre de logement Wichern pour personnes handicapés (Wichern Wohnstätten), au Caritas Aide aux personnes âgées (Caritas Altenhilfe), au Centre de soins et de soutien à Francfort-sur-Oder (Pflege und Betreuungsgesellschaft Frankfurt/Oder) ainsi qu’aux hôpitaux de Guben (WilkeStift Guben) et de Beeskow (Oder-Spree Krankenhaus Beeskow). Une subvention de l'Union européenne dans le cadre du programme Erasmus + a rendu l'échange possible. Après le travail, les stagiaires français étaient déjà invités à la soirée de conversation de l'Association  [1]    Slubice est la ville polonaise voisine de Francfort-sur-Oder, sur l'autre rive de l'Oder. "Il suffit de passer la pont", chantait Brassens...


Chrono de nos rencontres en juin 2019

Au printemps 2019 une vingtaine d’apprentis du CFA du Gard de Rodilhan sont partis effectuer des stages professionnels grâce au programme Erasmus + en Espagne et en Belgique dans le domaine de paysagiste. Ce projet s’est concrétisé grâce à une coopération avec la Région Occitanie, l’Agence Erasmus et la préparation au départ réalisé par la Maison de l’Europe de Nîmes. Jeudi, 20 juin Jacky Raymond, vice-président de Nîmes Métropole en charge de l’éducation et Monsieur Dange, directeur du CFA du Gard ont remit les Europass officiellement aux étudiants après des présentations et témoignages de la part des apprentis et de leurs formateurs. La remise de diplôme s’est effectuée à la Maison de l’Europe de Nîmes, endroit propice pour peaufiner son parcours dans l’Union européenne. Des apprenties sont très content de leurs expérience européenne.


Au printemps 2019, grâce au programme Erasmus +, 7 jeunes de la Mission Locale Rhône Argence sont partis en stages professionnels en République tchèque, à Prague. Leurs lieux de stage étaient variés: réception et animation dans une auberge de jeunesse, activités dans une école maternelle écologique, e-commerce dans le domaine vestimentaire, restauration dans un food-truck et agent de sécurité dans une boîte de nuit . Ce projet s’est concrétisé grâce à une coopération avec la Région Occitanie, l’Agence Erasmus + et à la préparation au départ réalisée par la Maison de l’Europe de Nîmes. En plus de nombreux souvenirs inoubliables et des expériences professionnelles acquises, les stages Erasmus + permettent d'obtenir un certificat "Europass mobilité". Ce document valide officiellement l’expérience à l’étranger et permet aux jeunes de valoriser cette période en Europe, de plus en plus convoitée par les entreprises lors des rendez-vous d’embauche. Le 13 juin à 11h30 a eu lieu la remise officielle des Europass à la mairie d'Aramon. Les jeunes avaient préparé une présentation et des témoignages.


Deux journées régionales de formation et d'échanges à Carcassonne:


Dans le cadre du déploiement du programme du Corps Européen de Solidarité (qui remplace le SVE) porté par l'Agence Erasmus+ Jeunesse et Sport, la Maison de l'Europe de Nîmes a participé à une journée d'information organisée par la DRJSCS Occitanie le 26 juin à Carcassonne, en présence d'un représentant de l'Agence. Le lendemain au même endroit s'est tenu le 2ème séminaire des collectifs départementaux d'acteurs de mobilité. La Maison de l'Europe de Nîmes co-anime 2 collectifs départementaux (Gard et Lozère) et a pu échanger et partager les actions mises en places mais également faire remonter les préoccupations et problématiques auprès des représentants de la Région. Deux journées enrichissantes pour l'avenir de la mobilité pour les jeunes!


Agenda été 2019

La Roumanie, un pays qui tient ses promesses… malgré un contexte difficile !


Fidèles à leur tradition, la Maison de l’Europe de Nîmes et le Mouvement européen du Gard accueillaient dans leurs locaux, vendredi 21 juin, une représentante du pays dont la présidence semestrielle européenne arrive à son terme : en l’occurrence Mme Lelia Constantinescu, conseillère spéciale aux affaires européennes auprès de l’ambassadeur de Roumanie, qui venait présenter le bilan de l’action de son pays dans cette fonction.

Dire que le contexte était difficile est une litote : un Parlement dont le mandat s’achevait fin avril, des élections à mener à bien (même si cette tâche incombe davantage au Parlement lui-même), un Brexit qui n’en finit pas de se reporter, et dans le même temps un climat international marqué toujours davantage par les foucades trumpo-poutiniennes. Pourtant, le Gouvernement roumain s’est bien acquitté de sa mission, avec 90 dossiers législatifs finalisés, alors même que cette présidence était une première expérience pour son pays.

Mme Constantinescu s’est attachée à présenter des résultats d’une grande importance concrète pour les citoyens européens. Ainsi, la présidence a accordé beaucoup d’attention à un sujet de forte actualité : la lutte contre les fausses informations, les « infox ». Sous la Présidence roumaine, le Conseil Affaires générales a adopté des conclusions pour assurer des élections européennes libres et correctes, sur la base du Plan d’Action commun de la Commission et de la Haute Représentante de décembre dernier. Les autorités de Bruxelles ont mis sur pied un système d'alerte rapide, visé dans le plan d'action, qui facilitera le partage d'informations pertinentes entre les États membres.

Sur un autre plan, le Conseil a retenu sous le nom de « Invest EU » la création d’un système « chapeau » qui coiffe 14 programmes  de financement existants, afin de simplifier et de dynamiser l’action européenne sur le plan économique en stimulant l’investissement : on est là de plain-pied dans le prolongement du plan Juncker, dont nous avons déjà parlé dans nos réunions publiques, et dont l’effet commence à se faire réellement sentir, comme le montrent les statistiques (notamment celles du chômage dans l’ensemble des pays membres de l’EU).

C’est aussi sous présidence roumaine que le principe d’une Autorité européenne du Travail, qui sera basée à Bratislava, a été acté : cette nouvelle agence sera chargée, avec de réels moyens juridiques et techniques, de veiller à l’application des règles protectrices pour les travailleurs détachés, et pour les salariés en général, et de faciliter la coordination entre les administrations de contrôle. Une telle coordination existe déjà : on le sait peu, mais 9 États-membres ont décidé en 2017 d’harmoniser les pratiques de leurs corps d’inspecteurs du travail ou équivalents. Les choses avancent, on ne le dit pas assez.

Enfin, on ne s’étonnera pas, compte tenu de la géographie, que la Roumanie ait eu à cœur de faire avancer l’agenda de l’Union européenne sur la politique d’élargissement vers les Balkans Occidentaux. Cette priorité était déjà portée par la présidence précédente : M. Linhart, ambassadeur de l’Autriche, avait d’ailleurs amplement abordé ce sujet le 28 février. L’Accord de Prespa, conclu entre la partie grecque et la Macédoine, qui acte le changement du nom de la future « Macédoine du Nord », est un message très positif envoyé dans la région. La présidence roumaine a obtenu un engagement ambitieux sur l’ouverture prochaine de négociations en vue de l’adhésion future de la Macédoine (du Nord, donc) et de l’Albanie.

Comme on pouvait s’y attendre, ce dernier point n’a pas manqué de susciter quelques interrogations, tant il est vrai que le seul mot d’« élargissement » est presque automatiquement générateur d’inquiétudes. Inquiétudes auxquelles la seule réponse sensée consiste à rappeler : d’abord que ces adhésions sont nécessairement très lointaines (échéance, 10 à 15 ans, pas moins) ; ensuite qu’une adhésion s’accompagne obligatoirement de la « digestion » par le nouvel adhérent de tout l’acquis communautaire ; enfin et surtout, et Mme Constantinescu a insisté sur ce point, comme M. Linhart avant elle, qu’il en va de l’équilibre géostratégique sur l’ensemble de notre continent, lequel nécessite d’engager de manière irréversible ces pays dans le projet européen.

À défaut de cet « arrimage » européen, ces pays pourraient bien constituer des proies pour d’autres acteurs de la scène internationale qui sont, comme on dit, « en embuscade » (pensons à la Russie, à la Turquie voire à la Chine). En diplomate avisée, Mme Cosntantinescu ne s’est pas risquée dans ces analyses, mais elles sautent aux yeux de tout observateur un tant soit peu attentif des relations entre États, en Europe et alentour.

Tout ceci nous concerne donc au plus haut point, et Mme Constantinescu a eu le grand mérite de nous faire toucher du doigt tant des réalisations très concrètes qu’une vision à long terme dont il serait irresponsable de faire l’économie.

à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
no-posts-feed.on-the-way
no-posts-feed.stay-tuned
50 ans de la MDE :
que s'est-il passé en 1966 ?
ARCHIVES

Coordonnées

46-48 rue de la République
30900 NÎMES (France)
+33 (0) 4 66 21 77 50
info@maison-europe-nimes.eu

horaires

Du Lundi au Vendredi
de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Icône sociale YouTube
  • Instagram

Principaux partenaires

Région_Occitanie_2017.jpg
logo_gard_CMJN_1000X1000.jpg
logo-ville-de-nimes.jpg
640px-Erasmus+_Logo.svg.png