top of page

Lettre Europe Décembre-Janvier 2022-2023

Tribune



SCHOLZ, une politique en question.


Le couple franco-allemand connait depuis longtemps des hauts et de bas, comme tous les vieux couples. Mais récemment, les choix stratégiques de l’Allemagne sur des sujets de première importance ont nettement irrité les Français.


Sur l’armement tout d’abord, le choix des avions de chasse américains face au Rafale français n’est lié a priori qu’au parapluie atomique américain et non à des capacités tactiques ou opérationnelles. Ce choix est donc strictement politique et atlantiste, non européen.


Le choix de s’orienter vers un système anti-aérien américano-israélo-allemand au détriment du projet franco-italien est lui logique car c’est le seul système actuellement opérationnel et la Bundeswehr a besoin de se reconstruire très vite. Cependant on ne construit pas une armée compétitive rapidement, il faut plutôt compter en dizaines d’années. Ce sont des investissements à long terme qu’il faut privilégier selon l’Elysée.


L’énergie est un sujet conflictuel depuis très longtemps. La guerre en Ukraine a forcé les Allemands à revoir complétement leur position qui jusque-là se basait sur le gaz russe. Face à la flambée des prix et aux difficultés d’approvisionnement, les deux pays sont en désaccord sur l’attitude à adopter. La France, ainsi qu’une dizaine d’autres États, plaide pour un plafonnement du prix du gaz utilisé pour produire de l’électricité. De son côté, l’Allemagne s’y oppose, poussant plutôt au développement de nouveaux gisements. En plus, Berlin a récemment voté un plan d’aide de 200 milliards d’euros aux particuliers et aux entreprises face à l’envolée des prix sans en informer l’UE, “ce qui pourrait perturber le marché du gaz et de l’électricité”.


Avec 23 heures d’avion pour moins de 12 heures sur place, le chancelier allemand Olaf Scholz est parti tout seul en Chine. Il a rencontré le président chinois, Xi Jinping, vendredi 4 novembre. L’Allemagne espère, avec sa délégation d’industriels, décrocher des contrats. Berlin ne veut pas de découplage avec la Chine, qui est vue comme un partenaire commercial important.


Cette visité a été très controversée y compris en Allemagne pour sa vision « Deutschland erstmal » (l’Allemagne d’abord).


Emmanuel Macron avait en fait proposé à Olaf Scholz d’effectuer une visite en tandem, afin de présenter une diplomatie européenne plus unie, mais Berlin a refusé, explique le journaliste de France Télévisions, Arnauld Miguet.


Dans une tribune publiée dans Politico, Scholz a écrit : « C’est précisément parce que le « business as usual » n’est plus une option dans ces circonstances (à la suite du XXe congrès du Parti communiste chinois) que je me rends à Pékin ». Et pourtant il est prêt à vendre des parts importantes du port de Hambourg, au risque de dépendre de plus en plus de l’Empire du Milieu.


Cependant tout n’est pas si sombre, la signature ce vendredi 18 novembre d'un accord entre les deux pays autour du développement d'un futur avion de chasse européen a montré que si brouille il y avait entre les deux dirigeants, elle semble en tout cas gérable, pour le moment….


Charles-Antoine ROUSSY, président de la Maison de l’Europe

Agenda



  • Mardi 6 décembre, 14h – 16h

Consultation jeunesse et mobilité européenne en Lozère


En tant que relais en Lozère, nous participons à la réunion-consultation du Département de la Lozère sur la jeunesse et la mobilité européenne


Salle François Brager, place Urbain V, 48000 Mende


  • Mardi 6 décembre, 18h

Café Multi Kulti « Ukraine – Allemagne – Albanie »


Rendez-vous au Café Olive à partir de 18h, pour un voyage autour de pays européens. Venez rencontrer les volontaires européens et découvrir leur culture !


Le Café Olive, 22 Bd Victor Hugo, 30000 Nîmes


  • Jeudi 8 décembre, 10h – 12h / 14h - 16h30

Le Forum des métiers et de la formation :


Stand d’information et animations sur l’actualité européenne, les formations et activités dans le cadre de la mobilité européenne pour les jeunes : Erasmus+, volontariat européen, projets franco-allemand …


Salle des fêtes 29 Av. Pasteur, 34190 Ganges


  • Lundi 12 décembre, 9h30 – 17h

Formation : « L’Europe et mobilité européenne dans ma commune »


Dans le cadre de son Kiosque Europe, le Centre social et culturel de Salindres organise une formation pour son personnel et les personnes associées à l’animation des jeunes


Centre social « La Cour des Miracles » 31 Rue de Cambis, 30340 Salindres


  • Mercredi 14 décembre, 9h30 – 12h30

Comité régional de suivi des programmes européens en Occitanie


En tant que centre Europe Direct, la Maison de l’Europe de Nîmes participe au prochain comité régional de suivi des programmes européens afin d’orienter et renseigner les porteurs de projets de notre territoire.


Musée Narbo Via, 2 Av. André Mècle, 11100 Narbonne


  • Mercredi 14 décembre, 17h

Fête de Noël de la Maison de l’Europe


La Maison de l’Europe invite ses adhérents, ses salariés, les volontaires européens et ses partenaires à un moment convivial en cette fin d’année.


Maison de l’Europe de Nîmes, 46 Rue de la République


  • Vendredi 16 décembre, 18h

Conférence / Débat : L’Europe et la sécurité énergétique


Irène Tolleret, député européenne du groupe RENEW au Parlement européen viendra animer cette conférence sur ce thème d’actualité cruciale. En collaboration avec Unîmes.


Maison de l’Europe de Nîmes, 46 Rue de la République



Fermeture de la Maison de l’Europe du 22 décembre au 2 janvier


Nous vous souhaitons d’agréables fêtes de fin d’année !


  • Jeudi 26 janvier, 18h (à confirmer)

Conférence / Débat : Le couple franco-allemand 60 ans après la signature du traité de l’Amitié (traité de l’Elysée)


Pascal Thibault, journaliste à Radio France internationale à Berlin viendra nous parler des relations franco-allemandes actuelles quelque peu tumultueuses. En collaboration avec l’association franco-allemande du Pays de Sommières et le Fonds citoyen franco-allemand.


Maison de l’Europe, 46 rue de la République Nîmes


Les nouvelles de l'Europe


La Commission européenne propose une réforme du Pacte de stabilité et de croissance



Après plusieurs mois de négociations informelles avec les États membres, la Commission européenne a annoncé les grandes lignes d’un projet de réforme du Pacte de stabilité et de croissance qui s’impose actuellement uniformément aux États membres de l’UE : un déficit public limité à 3 % du PIB national et un plafond d’endettement public de 60 % de ce même PIB.


Rappelons où en est la France (données 2021) : déficit public 6,4 % du PIB (en nette amélioration après le pic de la crise sanitaire), dette publique 112,5 % du PIB, donc très au-dessus des plafonds du Pacte de stabilité et de croissance.


La carte ci-dessous montre comment se situent les dettes publiques des États membres de l’UE.


Source : touteleurope.eu


Ce Pacte a été très critiqué pour les politiques « d’austérité » que son respect impliquait ;Le texte du projet de réforme prévoit que chaque pays définisse sa trajectoire de réduction de la dette et du déficit, au lieu des règles uniformes actuelles. La Commission présenterait à chaque État membre une trajectoire d’ajustement de la dette sur une période de quatre ans. En réponse, chaque pays proposerait sa propre trajectoire tenant compte de ses priorités économiques, de ses réformes et de ses investissements. Un délai supplémentaire de trois ans serait prévu pour les pays dont la dette publique dépasse 60 % du PIB, à condition qu’ils s’engagent à adopter des réformes structurelles et à faire des investissements stratégiques de nature à alimenter la croissance sans accroître la dette.


Les deux piliers fondamentaux du Pacte sont toutefois maintenus comme cible à plus long terme : déficit public limité à 3 % du PIB national et plafond d’endettement public de 60 % de ce même PIB


Une approche plus réaliste


En contrepartie de cet assouplissement, la Commission européenne prévoit un mécanisme de sanctions plus efficace : plus de marge de manœuvre, mais aussi plus de rigueur.


Depuis son adoption en 1992, le Pacte de stabilité n’a pas fait ses preuves et ses limites ont souvent été dépassées, y compris par des pays « poids lourds de l’orthodoxie budgétaire » comme l’Allemagne. Ses objectifs se sont révélés irréalistes en situations de crises et les sanctions prévues en cas de « sortie de route » n’ont jamais été réellement appliquées. Il a même été suspendu pendant la crise du Covid-19 et cette suspension a été prolongée (a priori jusqu’à fin 2023) à cause des répercussions économiques de la guerre en Ukraine.


Selon le nouveau plan, la procédure d’infraction pour les déficits excessifs serait maintenue, tandis que celle sur la dette serait renforcée : sanctions financières, sanctions de réputation (convocation à une audition au Parlement) et blocage des fonds structurels.


Mais surtout, l’intervention serait préventive : on n’attendrait pas qu’un État dépasse les limites de déficit ou de dette, on l’arrêterait avant.


Des divisions


C’est du côté de Berlin que l’opposition à cette nouvelle méthode se fait le plus entendre. L’Allemagne est particulièrement réticente aux modifications, qu’elle juge trop indulgentes pour les pays « dépensiers ».


La réforme du Pacte de stabilité et de croissance entraînera sans doute de longues discussions avec les États membres. Le commissaire européen à l’Économie Paolo Gentiloni craint “un risque de blocage”, si les vieilles divisions entre le sud et le nord de l’Europe remontent à la surface.


La Commission européenne doit présenter sa proposition de façon plus détaillée début 2023, après avoir recueilli les observations des États membres. Cette proposition devra ensuite être validée par les ministres des Finances réunis en Conseil de l’UE, puis par le Parlement européen.


Source principale : touteleurope.eu


Jean-Jacques SMEDTS

Vers un plafond européen pour les prix des contrats de gaz naturel ?


Gazoduc de gaz liquéfié

Sous pression des Vingt-Sept confrontés à une hausse des prix de l’énergie qui frappe particuliers et entreprises, la Commission européenne a soumis très récemment aux représentants des États membres auprès de l’UE une proposition de mécanisme de plafonnement du prix de marché du gaz, et indirectement du prix de marché de l’électricité, actuellement étroitement lié au prix du gaz.


Le sujet divise les Européens, les pays les plus confiants dans les mécanismes de marché craignant qu'un interventionnisme européen ne repousse les fournisseurs du continent, singulièrement les producteurs de gaz liquéfié (GNL), américains en tête, qui ont permis cet automne à l'Union, malgré la quasi-disparition des approvisionnements en gaz russe, de remplir ses stocks…. au prix fort.


C'est pourquoi la Commission insiste qu'il ne s'agit pas d'un instrument de régulation du marché gazier, mais d'un outil de plafonnement pensé comme dissuasif. « Idéalement, il ne serait jamais activé, car le marché aurait compris que l'Europe n'est pas prête à payer n'importe quel prix à n'importe quel moment », explique un expert.


Le but est d’éviter des pics de prix ponctuels accentués par la spéculation, comme en août dernier où les prix avaient atteint des niveaux « déraisonnables » pendant quelques jours, dépassant 300 € le mégawattheure (ils sont aujourd'hui redescendus aux alentours de 110 à 120 €).


Activation rapide


Concrètement, le mécanisme s'intéresse à un indicateur en particulier : le contrat à un mois sur le gaz naturel du « hub » TTF (Title transfer facility) de Rotterdam, utilisé comme référence pour beaucoup de contrats à long terme.


Si cet indicateur dépasse un plafond pendant 2 semaines (la Commission a avancé pour ce plafond 275 €/MWh, ce qui est très élevé) et si ce prix dépasse trop les prix observés sur le marché mondial (les deux conditions doivent être réunies simultanément), alors l'UE fixera une limite. Le prix devra cependant toujours rester égal ou supérieur aux prix mondiaux du GNL, pour que les navires méthaniers ne se détournent pas des ports européens.


Méthanier à quai


Pour les services de la commissaire à l’Énergie Kadri Simson, l'activation serait automatique, sans besoin d'une décision politique, de manière à assurer une plus grande visibilité aux acteurs du marché. L'activation serait aussi conçue pour être enclenchée très rapidement.


Veille sur la sécurité d'approvisionnement


La Commission surveillera ensuite l'évolution des prix. Si les conditions de déclenchement ne sont plus réunies, le mécanisme sera désactivé, avec toutefois la possibilité d'une réactivation si le marché s'affole à nouveau.


Cependant la priorité reste la sécurité d’approvisionnement de l’Union européenne, et le plafonnement pourrait être suspendu si cette sécurité était menacée.


Un équilibre pas facile à assurer entre des prix « raisonnables » et l’incitation aux fournisseurs de ne pas se détourner du marché européen...


Sources : lesechos.fr et touteleurope.eu

Jean-Jacques SMEDTS


Les nouvelles de la Maison de l'Europe


Rencontre à Nîmes avec l'ambassadeur de République tchèque en France



La Maison de l’Europe de Nîmes et le Mouvement européen du Gard invitent toujours un représentant du pays qui préside pendant 6 mois le Conseil de l’UE à venir présenter le bilan de ces 6 mois. Depuis le 1er juillet ce pays est la République tchèque, qui a pris le relais de la France et passera le relais à la Suède le 31 décembre.

Nous avons eu la chance de pouvoir profiter d’un passage dans le sud de la France de Monsieur Michal FLEISCHMANN, ambassadeur de la République tchèque en France, pour organiser le 22 novembre une rencontre privilégiée avec lui, au lycée Alphonse Daudet à Nîmes.


Pourquoi au lycée Daudet, que nous remercions pour son accueil dans sa belle salle d’expositions (l’ancien parloir des internes) ?

Chaque année scolaire, ce lycée accueille quatre jeunes filles tchèques, qui viennent y faire leurs trois années, immergées dans les classes… où elles trustent les premières places ! Il y a donc en permanence douze jeunes filles tchèques à Nîmes. Une adulte tchèque est là pour les encadrer et les aider matériellement, et en même temps donner des cours de langue tchèque au lycée ; c’est actuellement Mme Blanka Studnicka qui a ce rôle.

Le drapeau tchèque flotte en permanence sur la façade du lycée Daudet. Cet accueil d’élèves tchécoslovaques, puis tchèques après la séparation de la Slovaquie et de la Tchéquie, a débuté en 1923, avec des interruptions dues à la situation politique en Tchécoslovaquie ou à la guerre.

La Ville de Nîmes est jumelée depuis 1967 à Prague 1, le centre historique de Prague.

L’origine de ces liens remonte à la 1ère guerre mondiale : Ernest Denis, historien né à Nîmes en 1849, s’est passionné pour les peuples slaves de l’Europe centrale et a aidé à la création d’une Tchécoslovaquie indépendante après la 1ère guerre mondiale. Il y a un monument avec son buste place d’Assas, côté rue Gaston Boissier. Le même buste orne une place à Prague.



La rencontre avec l’Ambassadeur.

Une quarantaine de personnes, à l’invitation de la Maison de l’Europe, étaient venues pour rencontrer et écouter l’ambassadeur le 22 novembre à 17h30 au lycée Daudet, où M. Lorblanchet, proviseur, les a accueillies. Parmi elles, Mme Barbusse, adjointe au maire de Nîmes, M. Campello, conseiller municipal délégué aux jumelages, M. Jacques Denis, arrière-petit-neveu d’Ernest Denis, et Mme Depierre du lycée Paul Langevin de Beaucaire : ce lycée est labellisé « lycée ambassadeur du Parlement européen », ses élèves ont réalisé un « flambeau pour l’Europe » qu’ils ont transporté à vélo en petites équipes (par étapes bien sûr) de Beaucaire à Prague en juin… arrivée le 1er juillet. Bien sûr les élèves tchèques du lycée et Mme Studnicka étaient aussi présentes.


Après les mots de bienvenue du proviseur et de la Maison de l’Europe, Monika Oszmaniec, chargée des stages professionnels à la Maison de l’Europe, a présenté les stages en cours actuellement à Prague pour un petit groupe de jeunes de Nîmes-Métropole et de Vauvert – Petite Camargue.


M. Fleischmann a ensuite fait une présentation des actions menées pendant la présidence tchèque du Conseil de l’UE, souvent avec une touche très personnelle, assez éloignée des prudences du langage diplomatique : il a d’ailleurs indiqué ne pas être diplomate, mais plutôt homme de médias.


Il a rappelé qu’il avait passé quelques mois comme lycéen au lycée Daudet, avant de devoir le quitter : son père ayant demandé l’asile politique en France, lui-même ne pouvait plus être envoyé officiellement par le gouvernement tchécoslovaque.


Il a ensuite évoqué un fait très peu connu : le 17 novembre est la Journée internationale des étudiants, créée par la République tchèque pour commémorer l’écrasement d’une manifestation d’étudiants le 17 novembre 1939 : 1 200 ont été arrêtés, 9 ont été exécutés et les autres ont été envoyés dans des camps de « rééducation » nazis. Le 17 novembre 1989, 8 jours après l’ouverture du Mur de Berlin, plus de 50 000 personnes ont manifesté aux cris de « Liberté, démocratie », il y a eu des arrestations… c’était le point de départ de la « Révolution de velours » (le sang n’a pas coulé !). En 1999 la Tchéquie a rejoint l’OTAN et en 2004 l’Union européenne.


Puis M. Fleischmann a abordé les 6 mois (pas terminés) de la présidence tchèque du Conseil de l’UE. Il a insisté sur le rôle de cette présidence : aider à trouver des consensus, ne rien imposer.

Au départ les priorités pendant ces 6 mois, définies en accord avec la France qui précédait la Tchéquie et la Suède qui la suivra, composant ainsi un « trio », étaient :

- la crise migratoire déclenchée par la guerre en Ukraine

- la nécessité de ne plus dépendre des énergies fossiles russes

- la lutte contre la désinformation et la défense des valeurs démocratiques.

L’éventail des priorités s’est enrichi au fil des mois et il y a eu de nombreuses discussions entre États de l’UE sur ces sujets.


1 – Accueil des réfugiés d’Ukraine. La Tchéquie a accueilli 400 000 réfugiés, ce qui est beaucoup moins que la Pologne ne l’a fait, mais en proportion des populations c’est comme si la France devait en accueillir 3 millions ! Il a fallu répartir équitablement les aides de l’UE pour l’accueil de réfugiés.

2 – Sécurité énergétique. La Tchéquie a, comme la Pologne, beaucoup de mines de charbon, mais aussi des centrales nucléaires. Modifier en profondeur la structure de la production d’énergie demande du temps. Normalement il y a un Conseil des ministres européens par an sur ce sujet, il y en a déjà eu 3 en 6 mois et un Conseil européen doit également en traiter : l’objectif est de se passer le plus possible de la Russie, sans trop impacter les économies. Des plafonds de prix sont en discussion pour le pétrole et le gaz, une réussite est que les stocks de gaz sont pleins avant l’hiver à plus de 90 %, même s’ils ne représentent que 3 mois au plus de consommation.

3 – Défense. Il y a eu beaucoup de retards dans les investissements. Les entreprises qui produisent les matériels de défense sont souvent des entreprises privées, les aider à accélérer par de l’argent public nécessite des précautions. L’Allemagne a décidé de développer sa défense, certains craignent que son armée prenne trop d’importance en Europe.

4 – Cyberespace, cybersécurité. Tout ne repose pas sur les États, il faut faire pression sur les entreprises pour qu’elles prennent elles-mêmes des mesures responsables de protection.

5 – Résilience de l’économie de l’UE. Il faut diminuer la dépendance de l’économie européenne par rapport à la Chine et aux USA.

6 – Résilience des institutions démocratiques en Europe. « Certains États de l’Europe centrale ont un regard différent sur la démocratie, qui est une nécessité absolue pour l’UE ». Pas de noms, mais tout le monde a compris...


Il a cité quelques changements réglementaires qu’il a fallu trouver vite pour aider les pays victimes de la guerre en Ukraine : reconnaissance par l’UE des permis de conduire ukrainiens (sauf ceux délivrés par les autorités pro-russes d’occupation !), accroissement des importations de fruits de la Moldavie qui avait des difficultés à écouler ses fruits habituellement vendus à l’Ukraine.

L’ambassadeur a poursuivi avec des sujets moins liés à la présidence du Conseil de l’UE.

Il espère que le Conseil européen du 13 décembre permettra que plusieurs États de l’UE rejoignent l’espace Schengen de libre circulation : la Bulgarie, la Croatie, la Roumanie.

Pour lui il ne faut pas décevoir les pays qui attendent depuis longtemps d’entrer dans l’UE et auxquels on dit « Ce n’est pas encore le moment » : pays des Balkans, Moldavie, Ukraine. Il y a eu des progrès mais il ne faut pas les faire attendre trop longtemps à chaque étape.


Et surtout il a abordé avec beaucoup de passion la question des relations avec la Russie.

Pour lui (et pour son pays la Tchéquie) il faut interdire totalement que des Russes sortent de Russie pour faire du tourisme en Europe : il faut durcir les « facilités de voyage » accordées à des Russes.

Il trouve que la Communauté politique européenne proposée par le président Macron est une bonne idée, bien qu’elle soit très floue puisque le président Macron ne veut pas l’institutionnaliser. 44 pays ont répondu à l’invitation à la première réunion qui s’est tenue à Prague : la Russie a ainsi pu prendre conscience de la force et de la cohésion de l’Europe.

La Tchéquie est pour la création d’un tribunal extraordinaire pour juger les crimes de guerre de la Russie en Ukraine. Cette guerre est un problème mondial et pas seulement un problème européen.

Pour lui la diplomatie sert à assurer une coexistence pacifique entre les peuples, elle doit aussi défendre les faibles et même les perdants. « La guerre est une politique, elle n’est pas une diplomatie». Même si en diplomatie on doit toujours dire la vérité et être toujours prêt à négocier, difficile de discuter avec quelqu’un comme Poutine qui ne respecte ni les règles ni ses engagements !

L’ambassadeur constate avec plaisir que, si en 1968 aucun pays n’avait bougé contre les chars russes à Prague (il avait alors 16 ans…), pour l’Ukraine les Européens se sont unis.


Il a développé quelques idées fortes personnelles sur la Russie :

  • pour lui, qui dans son enfance sous le communisme a été imprégné d’anti-occidentalisme, il faut que les Européens apprennent ce qu’est vraiment la Russie, qui « depuis 1917 n’est plus en Europe ».

  • il considère que la Russie a toujours été impérialiste : elle est persuadée que seuls les Russes sont les « vrais slaves » et méprise les autres peuples slaves. Vaclav Havel a dit : « Un problème avec la Russie est qu’elle ne sait pas où elle commence ni où elle finit » : avec sa réaction à la guerre en Ukraine, l’UE a montré sa limite à la Russie !

  • les Russes sont persuadés d’être la conscience morale du monde, et l’Église orthodoxe russe les entretient dans cette opinion.

Face à cela, l’Europe doit persévérer dans la défense des droits de l’homme et de l’État de droit, sans compromission.



Enfin l’ambassadeur a volontiers répondu à des questions.

  • Les changements nécessaires dans l’agriculture et la protection des espaces naturels ont-ils été abordés ces derniers mois au Conseil de l’UE ? La guerre en Ukraine a retardé les choses de ce côté-là. Les objectifs pour 2035 restent les mêmes, mais pour le moment on n’a pas les solutions et « c’est la grandeur de l’Union européenne que de les chercher ensemble ».

  • Faut-il bien faire la distinction entre la population russe et les actions de ses dirigeants ? La population russe doit assumer ses responsabilités : s’opposer à ses dirigeants, manifester ! Beaucoup de Russes pensent que leur vie s’est améliorée avec Poutine, il faut qu’ils comprennent que c’est grâce au progrès général et pas à Poutine. Les industriels européens doivent quitter la Russie, sinon ils perdront tout, comme en 1938 en Tchécoslovaquie.

  • La Tchéquie doit-elle entrer dans la zone € ? Elle devrait le faire : elle remplit les conditions et son économie est à 90 % liée à l’€ !

  • Etes-vous favorable à l’entrée de l’Ukraine dans l’UE ? La Tchéquie défend ce point de vue, sur lequel il n’y a cependant pas unanimité dans l’UE. L’Ukraine est un grand et riche pays, même si beaucoup de choses seront à reconstruire.

  • Les centrales nucléaires de votre pays sont de conception et fourniture russes, d’un type qui ne pose d’ailleurs pas de problèmes de sûreté. Avez-vous des difficultés à obtenir de la Russie des pièces de rechange et du combustible ? Pas de difficultés, les échanges commerciaux fonctionnent, mais « les Russes ne nous ont pas transféré les technologies ». Nos prochaines tranches nucléaires ne seront pas russes (un appel d’offres international est en cours : USA – France – Corée) et pour le combustible nous faisons maintenant appel à l’industrie française.

  • Qu’allez-vous laisser à la Suède pour son semestre de présidence ? Beaucoup de choses, ils ne manqueront pas de travail !! 6 mois c’est très court quel que soit le pays qui assure cette présidence.

16 jeunes sont partis en Stages Erasmus professionnels à Prague et à Barcelone


8 jeunes de la MLJ du Gard Rhodanien Uzège et de la MLJ Alès Pays Cévennes font leur stage pendant 4 semaines à Barcelone dans des lieux tels que : jardin d'enfants, école de langues, musée, magasin de vêtements, entreprise de catch et entreprise de restauration d'art.

Les autres 8 jeunes, de la ML Petite Camargue et de la ML Nîmes Métropole effectuent des stages de 6 semaines dans des entreprises tchèques : une école pour enfants en situation d’handicap, une galerie d’art, un bureau d’architecture, une entreprise d’informatique, une brasserie et un bar.

Maintenant que leur stage touche à sa fin, nous avons reçu des témoignages de nos participants :


Comment se passe votre stage à Barcelone ?


« Travaillant dans le domaine de la mode, j’ai pu découvrir une nouvelle façon de travailler qui est différente de celle des français. Tout se passe très bien, j’ai pu les aider pour différentes tâches. » (Romain)


« Tout se passe très bien sur mon lieu de stage. L’équipe est très bonne, et on voit que les enfants se sentent bien. Différentes activités variées sont proposées sur la journée, ce qui rend leurs conditions d’apprentissage et d’épanouissement bonnes. Très bonne ambiance générale. » (Maeva)


« Je suis en stage dans une association de rénovation. Je découvre et apprends énormément de choses, tels que fabriquer de la peinture soi-même avec des pigments naturels, ou encore retrouver les pièces manquantes d’une mosaïque. Je me sens vraiment très bien là-bas, j’ai été très bien accueillie. » (Florence)


Florence dans l'entreprise Chroma accompagnée de sa tutrice Cristina


« Très bonne première semaine. J’ai pu prendre en photo certains « conjuntos » (= ensembles de vêtements) de leur collection pour leur site internet et leur Instagram. Les filles prennent en compte mes idées, et sont hyper agréables avec moi. Je suis ravie de mon stage ! » (Shirine)


Que faites-vous pendant votre stage à Prague ?


« Ma première tâche de travail là-bas était de faire un papier sur l’architecture des années 70 à Prague avec mon point de vue français, c’était très intéressant et cela m’a permis d’explorer un peu plus la région de Prague. J’ai également dû faire une maquette physique pour un concours durant deux semaines. » (Gregory)


Grégory en train de travailler dans l'entreprise d'architecture CCEA


« La première tâche que j’ai dû effectuer été la traduction en français de tous les sites web de l’entreprise. Avec le bon travail effectué et la confiance de mon staff acquise ils m'ont donné des tâches avec plus de responsabilités. » (Eliot)


Que faites-vous pendant votre temps libre à Prague et à Barcelone ?


Prague : « Pendant notre temps libre, nous nous sommes surtout promenés dans la ville car c’est une très belle ville et les bâtiments sont colorés et très détaillés, le parc est super et les gens sont sympas.


Nous avons rejoint différents groupes Erasmus sur les réseaux sociaux pour rencontrer des personnes de notre âge venant de partout dans le monde, certains groupes proposent des activités pendant la journée et aussi pendant la nuit, c’est la meilleure façon de rencontrer d’autres personnes Erasmus. »


Barcelone : « Nous profitons de nos week-ends pour visiter cette si belle ville, aussi cosmopolite soit-elle, de la Catalogne. Ainsi, découvrir la Sagrada Familia nous semblait indispensable à notre voyage, et cela n’a pas loupé ! L’histoire, l’architecture : il faut le voir pour le croire ! Nous sommes tous reconnaissants de la chance que nous avons d’être ici, et en savourons chaque instant. »


Nous attendons le retour des jeunes le 10 et le 18 décembre et nous les rencontrerons pour des réunions de bilans par la suite. Ces 2 projets ont été possibles grâce aux financements de l’Agence Nationale Erasmus+ et de la Région Occitanie et ils ont été coordonnés par la Maison de l'Europe de Nîmes.


Offre de mobilité en Suède

La Maison de l'Europe de Nîmes propose une opportunité exceptionnelle de partir dans la charmante ville de Lund, en Suède, pendant 4 mois pour y effectuer un stage professionnel Erasmus +.


Nous disposons de 4 bourses pour cette mobilité et nous recherchons :

  • Jeunes entre 18 et 25 ans inscrits à une Mission Locale de la région Occitanie et à Pôle Emploi,

  • Personnes matures et assez autonomes, prêts à partir à l'étranger pour une longue période.

  • Jeunes motivés pour découvrir la vie professionnelle en Suède !

Pour postuler, les candidats doivent nous envoyer leur CV + la lettre de motivation + un questionnaire, le tout en anglais. Date limite de dépôt des candidatures : 20/01/2023. Personne à contacter pour plus d'information :

Monika Oszmaniec, chargée de projet mobilité professionnelle : m.oszmaniec@maison-europe-nimes.eu

Ce projet est entièrement financé par l'Agence nationale Erasmus+ et par la Région Occitanie. Il n'y a pas de frais de participation pour les jeunes !

Nous restons à votre disposition en cas de questions et pour toute information complémentaire.



Les jeunes bougent grâce à l'Europe : Roan Sarah et Louis


La Maison de l’Europe de Nîmes envoie régulièrement des jeunes chez des partenaires étrangers avec le Corps européen de solidarité.


Le Corps européen de solidarité est un programme de l’Union européenne qui offre la possibilité aux jeunes âgés de 18 à 30 ans de s’engager dans une activité de solidarité en France et en Europe. Ils peuvent ainsi participer aux actions réalisées par des collectivités, des associations et des personnes dans toute l’Europe. A travers cette expérience, les jeunes ont l’opportunité d’acquérir de nouvelles compétences, de voyager en Europe, d’apprendre une langue étrangère, et de revenir avec des souvenirs inoubliables. Il n’y a pas de critère de diplôme, de formation ou niveau de langue pour participer. La durée d’un projet est de 2 à 12 mois.


Voici le témoignage de Roan et Farah après leur séjour en Grèce.


« Bonjour, je m'appelle Roan, j'ai 24 ans et je fais partie des volontaires envoyés en Grèce en septembre et octobre 2022.J'avais eu une très bonne expérience lors d'un stage professionnel à Prague en 2021 qui m'avait donné envie de voyager à nouveau, alors, quand j'ai appris pour le "Projet environnemental" qui allait avoir lieu en Grèce cet automne, je me suis dit que c'était un moyen de lier l'utile à l'agréable.


Sur place, notre tâche principale était d'assister la municipalité de Xylokastro à nettoyer la forêt et la plage en ramassant les déchets. Le travail était peu fatiguant et nous étions généralement libres l'après-midi.

Nous avons aussi eu l'occasion d'aider notre organisme d'accueil, Orfeas, à organiser des évènements Erasmus: un Youth Exchange et une journée sur le thème de l'Europe et de la mobilité pour les Erasmus Days.



La ville de Xylokastro


La ville de Xylokastro


La vie à Xylokastro n'était pas si différente de la vie en France, même si certains points restent marquants, comme le café qui semble être une religion (encore plus qu'en France), ou encore la terrible tuyauterie grecque. »


« Bonjour, je m’appelle Farah, j’ai 22 ans et j'ai toujours voulu partir à l'étranger découvrir le monde. Le volontariat était une chance pour faire ça et je suis très contente d'avoir pu le faire, j'ai rencontré beaucoup de gens de différents pays et ça m’a permis de découvrir d’autres cultures et de me faire de nouveaux amis.


J'ai vraiment aimé nettoyer la forêt, la plage et la ville ainsi que participer à de nombreux autres événements tels que préparer de la nourriture pour les personnes qui en ont besoin, peindre les barrières d'un endroit merveilleux avec une vue magique et participer aux Erasmus days.


La forêt en bord de mer


Nous avons pu préparer de nombreuses animations et organiser également quelques soirées avec d’autres jeunes de différents pays, durant lesquelles ils nous ont fait découvrir le pays d'où ils viennent et leur nourriture et participer à des jeux Kahoot pour tester nos connaissances de leurs pays. On a aussi eu des cours en grec et c’était vraiment intéressant de pouvoir apprendre une nouvelle langue. Je n'ai pas hésité à tester tout ce que j'ai appris en classe avec les grecs pendant mon volontariat là-bas. »




Louis a vécu une expérience très différente dans une ferme en Hongrie


"Salut, je m’appelle Louis Jubilin, j’ai 19 ans et je viens de Millau en Aveyron. Je suis parti en volontariat à Nagy Székely en Hongrie pendant 5 mois, du 26 avril au 4 octobre 2022.


Avant de commencer mon volontariat, j’ai travaillé dans différentes structures. J’ai réalisé deux stages dans l’audiovisuel avec une production locale « La Brebis Égarée », compagnie de spectacle vivant et arts visuels et un autre avec la production locale professionnelle « AnderAndera Production » à Saint-Affrique. J’ai participé, lors d’un autre stage, à la modélisation de décors pour le court métrage en stop-motion avec l’artiste land art Jean-Paul Delaitte.


Ayant envie de découvrir de nouveaux horizons, j’ai ensuite effectué un volontariat avec le Corps européen de Solidarité.

J'avais vraiment envie de sortir de me rapprocher de la nature. Et c'est ainsi que je me suis retrouvé à la campagne en Hongrie dans une petite ville appelée Nagy Székely.


La ville était agréable, les gens aussi. J'ai vraiment été chaleureusement accueilli dans la vallée de Czeperke dans une petite ferme à l'extrémité de la ville."



Une merveilleuse petite famille y vit : Anna, Zoli et leurs enfants, Zolta, Itsi, Tordi et Baba.



J'ai vécu là pendant cinq mois, m'occupant des chèvres tous les jours, profitant de la paix dans la ferme. Certains de mes amis sont venus me voir, et nous avons fait tout cela ensemble.



Et donc, en y repensant, j'ai eu beaucoup de chance. Car, en choisissant la mission sur le site web, j'aurais pu me retrouver n'importe où, avec n'importe qui. Mais j'ai atterri dans cette petite ferme avec cette petite famille. Je suis très reconnaissant pour cette expérience.


Première rencontre entre des lycées de Montpellier et de Düsseldorf !


Dans le cadre de la Quinzaine franco-allemande, nous avons accueilli et animé une rencontre entre le lycée Nevers de Montpellier et le lycée St Ursula à Düsseldorf. Une trentaine de jeunes ont pu se rencontrer en présentiel et en visio et réfléchir ensemble sur le franco-allemand, avant de se voir en Allemagne en janvier et en France en juin !

La première étape de ce projet franco-allemand ! Rencontre entre les participants français et allemands


La Quinzaine franco-allemande vise à renforcer les liens qui unissent les deux pays et à les mettre à l’honneur avec plein de projets portés par les acteurs locaux. A cette occasion, nous avons accueilli Mme Mouton, enseignante d’allemand au lycée Nevers de Montpellier avec qui nous avions travaillé dans la période avant Covid, et les élèves de première et seconde.


Le 24 novembre, les élèves français nous ont rendu visite. Nous avons préparé pour eux des activités de rencontre avant de nous connecter en visio pour faire la connaissance des élèves allemands, qui les accueilleront au mois de janvier !


Nous avons ensuite travaillé en petits groupes : un groupe uniquement composé d’élèves français était chargé de dessiner l’Allemagne, pendant qu’un groupe uniquement allemand dessinait la France. Cela nous a permis de rassembler les connaissances que chacun de nous avait sur l’autre pays. En même temps, un groupe franco-allemand a construit une frise chronologique des relations franco-allemandes, à partir de leurs connaissances historiques, politiques, culturelles et sportives.


Les projets réalisés par les jeunes lors des activités en groupe


Enfin, nous avons écouté les témoignages de Katharina, volontaire européenne dans le cadre du Corps européen de solidarité à l’IFME, et de Felicitas et Alwine, volontaires avec le programme de l’OFAJ respectivement aux lycées Saint Vincent de Paul et Camus. Elles nous ont présenté les programmes et leur parcours, ce qui a permis aux participants de découvrir l’impact d’une mobilité européenne et franco-allemande sur le développement personnel et le parcours éducatif.


Les volontaires allemandes présentent leurs projets et nous expliquent pourquoi il est intéressant de s’engager dans un échange franco-allemand


Nous remercions l’équipe enseignante et les élèves français et allemands pour leur implication et nous leur souhaitons une belle continuation de ce projet, en Allemagne au mois de janvier et en France au mois de juin ! Viel Spaβ !


Bagnols-sur-Cèze : inauguration d'un 3e Kiosque Europe et participation aux JMF !


Le 22 novembre, notre équipe a participé aux Journées Métiers et Formations pour présenter les différents programmes de mobilité européens. A cette occasion, nous avons également inauguré le Kiosque Europe au CDI du lycée Albert Einstein et animé un atelier sur les façons de fêter Noël en Europe.


Francesca présente les différentes façons dont la Maison de l’Europe peut accompagner les jeunes


Les Journées Métiers et Formations (JMF) sont organisées depuis 24 ans par le Centre d’Information et d’Orientation de Bagnols sur Cèze. Cette année, les élèves peuvent découvrir, du 14 octobre 2022 au 24 janvier 2023, plein de conférences, de tables rondes et d’ateliers. Pour la deuxième année, la Maison de l’Europe a tenu une conférence sur les possibilités de mobilité avec les programmes européens : une trentaine d’élèves a pu en apprendre plus sur les études à l’étranger, les stages professionnels Erasmus+ et le Corps européen de solidarité. L’enregistrement de cette conférence permettra aux autres élèves intéressés mais n’ayant pas pu participer de suivre cet échange à un autre moment.


Nous tenons à remercier Serge, correspondant JMF, pour l’organisation de cette manifestation à destination d’élèves et également pour le chaleureux accueil qu’il nous a réservé.


Julija et Manon, nos volontaires en service civique ont installé le Kiosque Europe au lycée Albert Einstein. Désormais, une documentation européenne est disponible en libre accès au CDI, à la fois pour les enseignants et pour les élèves.


Dans le cadre de ce partenariat, Julija et Manon ont animé l’atelier « Les Facettes de Noël », qui a permis à une quinzaine d’élèves de découvrir comment Noël est fêté dans les pays des volontaires européens accueillis dans le Département du Gard cette année, à savoir Espagne, Allemagne, Italie, Géorgie, Lithuanie et Ukraine.


Francesca, Julija et Manon présentent l’atelier Les Facettes de Noël


Merci à Mme Yang et à l’équipe enseignante de nous avoir accueillies !


Le début d’un partenariat qui sera, nous en sommes certaines, très fructueux !


Julie a participé au Fablab de Nîmes

Il y a un immense réseau «FabLab» dans le monde : ouvert depuis le 6 février 2020, le FabLab (contraction de Fabrication Laboratory) est un espace qui met à disposition du public des machines et des outils pour fabriquer à peu près tout ce que l’on veut.

Equipé d’outils traditionnels et de machines à commande numérique : perceuse, découpe laser, fraiseuse, imprimante 3D, etc c’est un grand atelier ouvert à tous pour travailler le bois, le métal, les plastiques et où l’on peut faire de l’électronique ou de la micro-électronique.

Dans le cadre de ma participation au Hackathon qui a eu lieu le 21 et 22 novembre, j’ai réalisé le DéfiTransition ! Ainsi, je me suis rendue au FabLab de Nîmes sur le site de l’EERIE au parc Georges Besse, pour relever le # Défi Transition avec les jeunes « Makers » et les jeunes volontaires en Service Civique.



Julie (à droite), volontaire ukrainienne va découvrir les activités du FabLab


Qu’est-ce que ce #DéfiTransition du FabLab de Nîmes ?


Le #DéfiTransition a pour objectif de réduire l’impact environnemental du FabLab en trouvant des solutions innovantes et créatives à partir des déchets plastiques recyclés réalisés par les imprimantes 3D.


Souvent présenté comme un secteur d’avenir, l’impression 3D est un formidable outil qui permet de faciliter le prototypage, la création, la réparation ou la fabrication d’objets sur mesure. Les imprimantes 3D génèrent néanmoins des déchets de plastiques qui peuvent être recyclés afin de devenir une nouvelle ressource prête à être réutilisée. C’est l’objectif du projet Precious Plastic avec notamment la broyeuse qu'ils ont terminé de fabriquer !!!


Que faire de ces bouts de plastique ?


Pendant ces deux jours, j’ai appris à créer de nouvelles matières premières à l’aide de la broyeuse, de la presse à chaud, de la découpe laser et d’autres outils et, bien sûr, je me suis amusée avec les autres jeunes volontaires à imaginer des manières innovantes dont les déchets pourraient être réutilisés. Nous avons réalisé de nombreux prototypes comme une simple planche à découper, un puzzle pour les enfants et une décoration de Noël. Cette expérience a été très riche et a permis d’accroître mes connaissances et compétences dans le domaine du recyclage.


Réponse : on les fait « cuire » et voilà le résultat : un dessous de plat tout neuf. La seule limite c’est l’imagination !


L'Europe en Région


A Théziers, le Briançon libéré de ses digues


Réduire le risque inondation en rétablissant la morphologie naturelle du Briançon tel est l'objectif des travaux inaugurés à Théziers le 15 septembre 2022.

En 2002 à Théziers, commune rurale de 1000 habitants située à 30 km de Nîmes près du Pont du Gard, 90 villas avaient été inondées.

Le cours d’eau, sans aller jusqu'à ces extrémités, était coutumier de débordements qui impactaient les plaines agricoles et les maisons du sud du village.

L’Etablissement Public Territorial de Bassin (EPTB) des Gardons* a décidé en 2018 de mener un projet de "restauration hydro-morphologique". Il s’agit d’effacer les digues mais sans aucun impact hydraulique supplémentaire.

« Une rivière qui peut s'étendre est moins dangereuse » explique Karine Bonacina, directrice de l’Agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse.

Cette opération de longue haleine a consisté à supprimer 7 km de digues au profit de la création d'un lit élargi et renaturé (enherbement, plantations), redonnant ainsi une morphologie plus naturelle du cours d'eau, favorisant l’implantation et le développement d’une ripisylve (forêt le long des rives) variée gage d'un bon potentiel écologique.

D’importants travaux de revégétalisation ont donc été conduits, avec 20.000 plantations adaptées au milieu humides sur les berges, phragmites, saules, frênes, chênes…



Travaux de végétalisation des berges. Crédit : EPTB gardons


Un projet à forte dimension écologique


Le maintien des roselières, le déplacement et la réintroduction d’une espèce protégée (l’aristoloche à feuilles rondes, plante indispensable à la reproduction de la Diane, papillon protégé), la mise en place de gites faunistiques sont autant d'atouts favorables au maintien voire au renforcement de la biodiversité.


Le projet a mobilisé un budget de 3,7 millions d’euros, co-financé par l’Europe (fonds FEDER), l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, le Département du Gard et l'EPTB des Gardons.


* L’Etablissement Public Territorial de Bassin (EPTB) Gardons est le « syndicat de rivière » qui est en charge des questions de l’eau à l’échelle du bassin versant des Gardons. Ce dernier s’étend des Cévennes jusqu’à la confluence avec le Rhône dans le Gard, en traversant la Gardonnenque et les gorges du Gardon.


MEF 30


Comme un moment d'intense émotion...

C’est ainsi, selon leurs propres termes, que les visiteurs allemands venus de Magdebourg, une ville du Nord de l’Allemagne, disent avoir vécu leur participation à la cérémonie du 11 Novembre à Vauvert. Il est vrai que ces commémorations ne sont plus, et depuis longtemps déjà, la seule célébration d’une victoire remportée sur l’ennemi, mais bien plutôt un hommage aux morts, à tous les morts, qui ont donné leur vie dans un conflit qui les dépassait. Tant le message du ministre de la Défense que le discours du maire de Vauvert allaient dans le sens d’une réconciliation des peuples, enfin acquise après tant de déchirements. Et c’est bien ainsi que nos visiteurs de Magdebourg les ont compris. Et cela d’autant plus que leur déplacement s’effectuait dans le cadre d’un projet porté par le Mouvement européen du Gard (MEF-30) avec le soutien de la Maison de l’Europe de Nîmes, et financé par le Fonds citoyen franco-allemand.


Traditionnel moment d’échange de cadeaux

Cette nouvelle structure, récemment créée par l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ), vise avant tout à permettre aux acteurs de la société civile (associations, entreprises, Comités de jumelage) de se découvrir mutuellement, d’échanger sur leurs « bonnes pratiques », comme on dit dans le vocabulaire européen, et ainsi de consolider leur engagement dans la société. La présence de ce petit groupe aux côtés des Vauverdois prenait donc tout son sens en cette belle journée du 11 novembre 2022.

L'Europe vrai ou faux ?


L'Europe ne fait rien pour lutter contre les déchets, vraiment ?


Lutter contre les déchets textiles, un enjeu européen à la portée de tous


Le thème de l’édition 2022 de la semaine européenne de réduction des déchets (Serd), du 21 au 27 novembre, est le textile. C’est l’une des sources de pollution la plus importante au monde. A Nîmes, le Sitom (Syndicat Mixte de Traitement des Ordures Ménagères) Sud Gard a mené des actions pour sensibiliser le public à trier et à consommer autrement.



Le recyclage et la revalorisation de nos vieilles affaires se sont invités dans la galerie marchande Cap Costières. Le Sitom y a coordonné des animations dans le cadre de la Semaine européenne de réduction des déchets (Serd). Fondée en 2009 lors de la conférence européenne sur la réduction des déchets à Gérone en Espagne, cette campagne a pour objectif de sensibiliser les Européens à la question des déchets. Pour son édition 2022, le thème principal est le textile.


Ainsi, pour de la première journée de la Serd, l’association Le Tremplin et l’entreprise Philtex étaient invitées à tenir leur stand de sensibilisation à Cap Costières. Ce sont deux structures de récupération et de revalorisation textile. Le premier objectif de ces animations est d’inciter à mieux trier. Un véritable enjeu éducatif, car des sacs de textiles sont souvent retrouvés dans le bac de recyclage (poubelle jaune). Or, ces erreurs de tri ont un prix. Magali Ramos, responsable communication du Sitom, informe qu’une tonne de déchets jetés par erreur dans la section recyclage coûte près de 370 €, dont 89 € d’incinération.


Magali Ramos, responsable communication du Sitom informait le public de Cap Costières sur le traitement et la revalorisation des textiles usagés


  • Les déchets textiles, un fléau

Selon une étude de 2018, les Européens se débarrassent de 4 millions de tonnes de TLC (textiles d’habillement, linges de maison, chaussures des ménages, à l’exclusion des textiles professionnels) par an. En réponse à une directive européenne de 2018, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (loi Agec) a été promulguée en 2020. Des solutions de réemploi se sont multipliées, notamment grâce aux associations et entreprises de recyclage. L’association Le Tremplin par exemple, les revend à petits prix dans ses boutiques. En plus, cette structure accompagne des personnes en difficulté vers l’emploi durable, à travers des contrats d’insertion. Mais dans les dons que les équipes reçoivent, des erreurs de tri sont fréquentes : « Les gens nous prennent pour des déchetteries. » regrette Hélène Calland, directrice du Tremplin. Elle évoque la réception de vêtements troués ou simplement trop usés pour être vendus.



L’association « Le tremplin » à Cap Costières


En effet, si le marché de la seconde main est en plein essor partout en Europe, seuls 10 à 12 % des habits sont revendus. Le reste finit enfoui ou incinéré.


  • Que deviennent nos vêtements abîmés ?

Pourtant les TLC, même abîmés, peuvent être transformés et revalorisés à condition d’être envoyés au bon endroit.

En 2018, la filière des déchets textiles comptait 68 centres de tri en UE, dont 52 en France. Philtex, une entreprise gardoise, récupère 12 000 tonnes de TLC par an dans le Gard, via ses bornes de collecte. La majeure partie est destinée à l’export, dans des centres de transformation au Pakistan. Jessica Benezet, responsable communication de Philtex cite comme exemple que là-bas, des semelles de baskets sont transformées en revêtement pour des terrains de sport.


En effet, près de 50 % des textiles collectés dans les pays occidentaux sont exportés dans des pays émergents. La responsable communication souligne : « L’exportation permet de proposer des emplois aux personnes en insertion professionnelle et de faire vivre l’économie d’autres pays. » Questionnée sur l’émission de gaz à effet de serre liée au transport, Philtex soutient que par rapport à l’incinération, c’est une solution bien moins nocive pour la planète.


Cependant, Magali Ramos, du Sitom, pointe qu’une partie de l’énergie produite lors de l’incinération est réemployée dans le chauffage urbain et la production d’électricité : « La production de gaz à effet de serre (GES) est minime ».


  • La production des matières pollue aussi

Faut-il alors bouder les bornes de recyclage textile ? Absolument pas, soutient le Sitom. Si la supériorité d’une ou de l’autre solution en termes de production de GES est discutable, un élément non négligeable s’ajoute dans la balance : la production de textile pollue aussi. Par exemple, produire un kilo de coton nécessite de 2 700 à 5 000 litres d’eau. De plus, la culture cotonnière est la plus gourmande en engrais et pesticides.


source : wikipedia


Le recyclage textile permet non seulement d’éviter l’incinération, mais aussi, et surtout, d’éviter la production de nouvelles matières. Là où le rôle du consommateur entre en jeu, c’est dans le choix de ses vêtements. Soutenir la seconde main, mais aussi choisir des vêtements fabriqués de façon plus propre. L’écolabel européen créé en 1992 grâce à l'UE limite l’utilisation des substances nocives et garantit une qualité élevée et une durabilité des textiles.


Mais au bout du compte, la limitation des effets polluants de l’industrie textile passe par une consommation plus raisonnée. Une étude de France Nature Environnement montre qu’en 2017, on consomme déjà 60% de plus de vêtements que 15 ans auparavant. Un récent sondage international a révélé une tendance à acheter plus que ce dont on a besoin. Ce sentiment est partagé par 50 % des Allemands et 50 % des Italiens.


Consommer moins et mieux, c’est un élément clé mis en avant durant la semaine européenne de réduction des déchets.


Alexandra PORTLOCK

Commentaires


à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe