top of page

Lettre Europe Janvier - Février 2022

PUISSANCE, vous avez dit puissance ?


Quelle est la place géopolitique de l’Europe ? Issue du latin potestas (puissance, pouvoir, domination, souveraineté), la PUISSANCE a de nombreux sens selon le sujet dont on parle.

En physique, la puissance est la quantité de travail fournie ou susceptible d'être fournie par unité de temps. En mathématique, on appelle puissance n d'un nombre, le résultat de la multiplication de ce nombre n fois par lui-même.

Mais en géopolitique le terme "puissance" désigne les Etats qui, du fait de leur économie, de leur politique étrangère et de leur force militaire, ont un rayonnement et une influence au niveau régional ou mondial.

La puissance de l’Union européenne existe-t-elle ?

Pour nombre de nos concitoyens, la puissance de l’UE est quasi inexistante car ils ne la voient pas. Mais ils oublient que le PIB de l’UE avec 15 193 milliards de dollars en 2020 (13 315 milliards d'euros selon Eurostat), l'Union européenne à 27 est la 2e puissance économique du monde. Elle représente 17,9 % du PIB mondial, derrière les Etats-Unis (24,7 %) et devant la Chine (17,4 %) et le Japon (6,0 %). A comparer avec le PIB russe de 1 500 milliards de dollars soit dix fois moins ! L’économie n’est pas tout.

Coté militaire, c’est moins brillant certes. Mais quand même les choses évoluent. Pour le moment en Europe, seule la France dispose de l’arme atomique et elle est la seule à avoir une vision globalisée militaire. Mais depuis Trump, depuis le pacte AUKUS, depuis l’évacuation de Kaboul et bien d’autres signaux négatifs venus d’outre-Atlantique, de Russie ou d’extrême orient, les nations européennes semblent se réveiller. Qu’il s’agisse des programmes d’armement, de la guerre électronique, de la guerre de l’information, les choses avancent de plus en plus vite. EUNAVFOR opère dans le golfe de Guinée et dans la corne de l’Afrique. La force TAKUBA qui regroupe les forces spéciales de 8 pays européens semble fonctionner de façon satisfaisante, et pourrait être une préfiguration réaliste de la force de réaction rapide souhaitée notamment par Josep BORREL chef de la diplomatie de l’UE et Emmanuel MACRON. De plus, il serait souhaitable, comme le propose l’Institut Jacques DELORS, de créer un Conseil de sécurité de l’U.E., qui offrirait une direction stratégique, et une DG Défense au sein de la Commission européenne,

La plus mauvaise note va à la politique étrangère de l’U.E. L’influence de l’Europe s’est affaiblie et elle n’est pas audible dans des conflits qui agitent le monde. Est-il justifié que les relations extérieures demeurent l’affaire des gouvernements nationaux, au nom de leur « légitimité démocratique » ? Il est pourtant évident, que la seule approche intergouvernementale conduit à une politique étrangère réduite au plus petit dénominateur commun. Quelle position et quel espace pour l’U.E., composée d’états dont les intérêts divergent, et face aux États-Unis ou à l’OTAN, à la fois partenaires et concurrents ? L’U.E. devrait, pour redynamiser sa politique étrangère, adopter des mesures permettant d’aboutir au vote à la majorité qualifiée aussi dans le domaine de la politique extérieure.

Au bout du compte, seule une Europe fédérale peut apporter une réponse globale à la résolution de ces difficultés et ouvrir vraiment les voies de la PUISSANCE. L’heure de ce choix approche.



La PFUE (Présidence française du Conseil de l’UE) : on y est !

On en parle depuis longtemps, maintenant ça y est, nous y sommes depuis le 1er janvier.

Qu’est-ce que c’est que cette PFUE, en quoi est-ce important ? Explications….



D’abord une précision : la France assure pour 6 mois, le 1er semestre 2022, non pas la présidence de l’Union européenne comme le signifieraient les initiales PFUE, mais la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. C’est-à-dire que pendant ce semestre la France organisera, préparera et présidera les Conseils des ministres par domaines d’activité (agriculture, environnement, transports, défense, affaires étrangères, etc) des 27 États membres de l’UE, dont beaucoup se tiendront en France. Ce n’est pas plus… mais c’est beaucoup. Et ce rôle d’orchestration des décisions, avec des négociations « en coulisse », a toute son importance. On l’a bien perçu en 2020 lorsque l’Allemagne était dans ce rôle et a fait pencher la balance vers l’adoption du Plan de relance européen ! Dégager des compromis entre les 27 et faire avancer l’agenda législatif, telle sera la mission de la France pendant ces six mois.

Pour autant, pendant ce temps Ursula von der Leyen garde tout son rôle à la tête de la Commission européenne, tout comme les présidents du Conseil européen (réunions des chefs d’États ou de gouvernements), le Belge Charles Michel, et du Parlement européen, la Maltaise Roberta Metsola, qui vient d’être élue le 18 janvier après le décès de l’Italien David Sassoli.


La France a-t-elle préparé seule les actions qu’elle prévoit de mener ? Non bien sûr, d’autant plus que les programmes de travail sont préparés par groupes de trois pays, qui déterminent un programme commun pour 18 mois. La France est la première du « triplet » France – République tchèque – Suède, qui a pris la suite du « triplet » Allemagne – Portugal – Slovénie.

La précédente présidence française était au 2ème semestre 2008. En effet, avec 27 États membres de l’UE, le tour de chacun ne revient pas souvent, en moyenne tous les 13 ans et demi.


Le moment de cette PFUE est-il opportun ? Oui et non…

Oui dans la mesure où des questions importantes sont à l’agenda, notamment la bonne coordination avec la nouvelle équipe à la tête de l’Allemagne (le nouveau chancelier, le social-démocrate Olaf Scholz, a réservé à la France sa première visite à l’étranger) et les tensions persistantes avec la Russie aux frontières de l’Ukraine et de la Biélorussie, voire de la Pologne et des pays baltes (la Russie essaie d’obtenir que l’OTAN s’engage à ne pas intégrer de nouveaux pays ex-soviétiques, en particulier l’Ukraine ; et la Biélorussie, après avoir massé des milliers de migrants qu’elle avait attirés sur son territoire , menaçait d’aider à leur entrée en Pologne ou en Lituanie, avant d’y renoncer en partie… d’ailleurs beaucoup de ces migrants sont repartis dans leurs pays). Face “à la crise sanitaire, l’affirmation de puissances agressives ou le dérèglement climatique, la meilleure réponse est européenne”, indique le gouvernement français.

Non à cause de l’élection présidentielle en France en avril. La période réellement efficace pour la PFUE sera donc courte, guère plus de 3 mois.


Quels sont les axes d’action principaux de la PFUE, dont la devise est en 3 mots : “relance, puissance, appartenance”?

La relance désigne le renforcement économique de l’UE au sortir de la pandémie de Covid-19 : continuer à construire au niveau européen une réponse économique. Cette relance doit notamment permettre d’accompagner les transitions écologique et numérique. Parmi les priorités figurent les règlements européens sur les services et les marchés numériques (DSA et DMA) ou encore la création d’un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières, pour tenir compte du prix correspondant aux émissions de carbone dues à la fabrication et au transport des marchandises importées… la Chine ne voit évidemment pas cet ajustement carbone d’un très bon œil, puisque cela diminuerait la compétitivité des marchandises importées par l’UE par rapport aux fabrications européennes.

La puissance fait référence à la défense (la France souhaite une plus grande autonomie stratégique pour l’Europe) et à la promotion des valeurs européennes. Pour le secrétaire d’État aux Affaires européennes, Clément Beaune, la puissance “est la condition du modèle européen qu’il faut préserver et promouvoir dans le monde”. Parmi les principaux dossiers des prochains mois, la “boussole stratégique”, un Livre blanc qui renouvellera les orientations des Européens en matière de défense et de sécurité pour les prochaines années, et qui devrait être publié au mois de mars.

L’appartenance doit permettre de construire et développer l’imaginaire, l’histoire et les valeurs communes de l’UE. “Aucun projet politique ne saurait durer sans un sentiment collectif de pouvoir partager une culture, une histoire en commun”, a souligné Clément Beaune. Ainsi, une “Académie d’Europe” sera créée durant la présidence française, réunissant une centaine d’intellectuels issus des 27 États membres pour “éclairer le débat européen”.


Quels sont les symboles de la PFUE ?

Tout d’abord un logo, qui est présenté avec le titre de cet article en version courte sans texte (donc lisible dans toute l’UE) et en version longue en français (qui peut être en bandeau comme ici ou en disposition plus verticale).

Et aussi une nouvelle pièce de 2 €. Sur chaque pièce en euros une face commune à tous les pays de la zone euro indique le montant, l’autre face diffère d’un pays à l’autre. Actuellement, en France, le dessin au dos de la pièce représente un arbre dans un hexagone, entouré par la devise de la République et les étoiles du drapeau européen. Chaque pays est libre de frapper des pièces commémoratives : ces dernières années, Simone Veil, Auguste Rodin ou encore Astérix ont ainsi figuré sur des pièces en France.

Depuis le 1er janvier, une nouvelle pièce de 2 € est mise en circulation. Cette pièce est aussi une manière de célébrer les 20 ans de la mise en circulation de la monnaie unique. C’est la première fois depuis l’arrivée des pièces en euros dans nos porte-monnaie, le 1er janvier 2002, que la France change le dessin de cette pièce. Le nouveau dessin est en continuité avec le précédent, avec la devise de la République (cherchez bien, dans le feuillage!) et l’hexagone, mais le chêne et l’olivier peuvent symboliser la force et la sagesse.



Évidemment nous reparlerons de la PFUE dans les prochains mois, dont l’agenda est déjà jalonné de nombreux évènements à ce titre !


Source principale : touteleurope.eu, 18 janvier 2022


Agenda Janvier-Février 2022




Mardi 25 janvier, 11h30

Conférence de presse : L’Aveyron et Erasmus+

8 jeunes de la Mission locale d’Aveyron partent en stage Erasmus en Espagne samedi 29 janvier.

  • 41-43 Rue Béteille, 12000 Rodez


Mardi 25 janvier, 15h00 – 16h30

Jeudi 27 janvier, 10h30 – 12h00

Lundi 21 février, 15h00 – 16h30

Jeudi 24 février, 10h30 – 12h00

Des droits et des possibilités de mobilité internationale pour les jeunes dans l’Union européenne !

Spécial : 2022 Année européenne de la jeunesse

Ateliers de présentation des dispositifs européens pour les jeunes de la Mission Locale Jeunes du Gard Rhodanien-Uzège

  • 5 Rue des Jardins du Souvenir, 30200 Bagnols-sur-Cèze


Mardi 25 janvier, 18h00

Spécial Journée franco-allemande : Et si tu allais en Allemagne ?

Wébinaire sur les dispositifs de mobilité franco-allemande en partenariat avec l’Office franco-allemand pour la jeunesse. Avec la participation des volontaires franco-allemands et des animateurs du dispositif Mobiklasse.


Jeudi 27 janvier, 9h00-17h30

Salon Post Bac Lycée Avenir

Stand d’information au Salon Lycée Avenir sur les dispositifs européens pour les jeunes et la Citoyenneté européenne.

  • Parc des Expositions, 230 Avenue du Languedoc, Nîmes


Jeudi 27 janvier, 18h30

Café linguistique, anglais, espagnol, italien, allemand, néerlandais, roumain et d’autres langues ! Venez parler les langues d’une façon conviviale et détendue ! Entrée libre.

  • Spot, 8 rue de l’Enclos Rey, Nîmes


Vendredi 28 janvier, 16h00

Des jeunes Gardois témoignent de leur mobilité Stage Erasmus 2021

18 jeunes de 3 Missions locales du département du Gard se verront remettre leur Europass Mobilité. Présentation des projet et témoignages !

  • Maison de l’Europe de Nîmes, 46-48 Rue de la République


Mardi 8 février, 18h00

Café Multi Kulti

Rendez-vous au Café Olive à partir de 18h, pour un voyage autour de pays européens. Venez rencontrer les volontaires européens et découvrir leur culture !

  • Le Café Olive, 22 Bd Victor Hugo, 30000 Nîmes


Lundi 14 février, 18h00

Réunion d’information « Partir à l’étranger »

Envie de partir à l'étranger, connaître une culture différente et te rendre utile à la société ?

Alors viens ! Réunion d'information sur la mobilité « Partir à l'étranger », stage professionnel, volontariat, échange de jeunes, projet de solidarité et emploi seront à l'ordre du jour.

  • Maison de l’Europe de Nîmes, 46 Rue de la République


Mardi 15 février, 10h00 - 16h00

Forum mobilité

Stand d’information à l’IUT sur les dispositifs européens pour les jeunes et la Citoyenneté européenne.

  • Institut universitaire technologique, 8 Rue Jules Raimu, 30900 Nîmes


Jeudi 17 février, 18h30

Café linguistique

Envie de vous entraîner à parler des langues étrangères avec des locuteurs natifs ? Alors, venez nous rejoindre au Spot et profitez de la présence des jeunes de tous les coins de l'Europe !

  • Le Spot, 8 Rue de l'Enclos Rey, 30000 Nîmes


Vendredi 25 février, 18h

Conférence : « Panorama de l’actualité européenne sous présidence française du Conseil de l’UE » par Gérard Vernier, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, enseignant à l’Université libre de Bruxelles

  • Maison de l’Europe, 46 Rue de la République Nîmes



Mardi 8 mars

Café Multi Kulti

Rendez-vous au Café Olive à partir de 18h, pour un voyage autour de pays européens. Venez rencontrer les volontaires européens et découvrir leur culture !

  • Le Café Olive, 22 Bd Victor Hugo, 30000 Nîmes


Jeudi 17 mars, 18h30

Café linguistique

Envie de vous entraîner à parler des langues étrangères avec des jeunes de différents pays ? Alors, venez le 4 novembre à partir de 18h30 au Spot et profitez de la présence des jeunes de tous les coins de l'Europe !

  • Le Spot, 8 Rue de l'Enclos Rey, 30000 Nîmes


Lundi 21 mars, 18h00

Réunion d’info : Partir à l’étranger ?

Présentation des dispositifs européens pour les jeunes et des missions du Corps européen de solidarité.

Volontariat européen, projets de solidarité, stages / emploi, autres…

  • Maison de l’Europe, 46 Rue de la République Nîmes


Sécurité et défense : qu'est-ce que la boussole stratégique de l'Union européenne ?

Assurer la protection des Européens face à la multiplication des menaces dans le monde : c’est l’ambition de la boussole stratégique, un “livre blanc” visant à définir les grandes orientations de la sécurité et de la défense européennes jusqu’en 2030.



Le projet de boussole stratégique prévoit par exemple la création d'une "Capacité de déploiement rapide de l'Union européenne" qui compteraient jusqu'à 5 000 militaires - Crédits : Lukasz Kobus / Commission européenne


Notre analyse des menaces globales montre clairement que l’Europe est en danger”. Le constat du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, est sans appel.

Pour le diplomate en chef de l’UE, et plus généralement pour les 27 Etats membres de l’Union européenne, il n’est aujourd’hui plus possible de faire l’économie d’une définition claire des menaces pesant sur l’Europe et des moyens pour les prévenir et les combattre.


Pourquoi l’Union européenne se dote-t-elle d’une boussole stratégique ?

La dernière feuille de route en termes de sécurité et de défense, appelée “Stratégie globale”, date de 2016. Mais en plus de cinq ans, les choses ont bien changé.

Plusieurs facteurs portent en effet atteinte à la place de l’Europe dans le monde. Son poids dans l’économie et la démographie de la planète recule. Son influence est contestée par un nombre croissant de puissances. Une contestation qui se manifeste en particulier dans le voisinage immédiat de l’UE à l’est du continent, où la Russie, la Chine et la Turquie essayent d’asseoir leurs positions. Et de plus en plus souvent, des acteurs étatiques ou non s’en prennent aux intérêts européens par le biais de techniques dites hybrides (cyberattaques, désinformation…), livrant ainsi des guerres incomplètes ou qui ne disent pas leur nom. L’instrumentalisation de demandeurs d’asile par la Biélorussie à sa frontière polonaise en 2021 en est un exemple frappant.


Recalibrer la doctrine militaire de l’UE apparaît donc essentiel pour Josep Borrell, qui alerte sur le risque de “rétrécissement stratégique” de cette dernière. Pour protéger ses citoyens, l’UE doit ainsi être en mesure d’identifier avec précision les périls qui guettent son avenir et être à même de répondre efficacement à ses ennemis.


Que contient-elle ?

La boussole stratégique présentée en novembre 2021 est articulée autour de quatre piliers.

Le premier pilier concerne la gestion de crise afin d’améliorer la capacité de réaction rapide des Européens face aux situations d’urgence. Parmi les mesures proposées, celle qui a fait le plus couler d’encre consiste en la création d’une “Capacité de déploiement rapide de l’Union européenne”, à savoir 5 000 militaires mobilisables lorsque les circonstances l’exigeraient et qui agiraient sous drapeau européen.


La deuxième dimension concerne la résilience. Face aux menaces hybrides, l’objectif est de mettre en œuvre les moyens de s’en prémunir et d’y répondre. A cet effet, une “boîte à outils” de l’UE face aux menaces hybrides doit être mise en place, pour que les Etats membres puissent collectivement y faire face, en faisant appel aux instruments qui existent déjà et en en créant d’autres. Ce même pilier couvre aussi la sauvegarde des intérêts européens en matière de sécurité en mer et dans l’espace.


Le troisième volet du projet de boussole stratégique est lié au développement des capacités : augmenter les investissements dans les industries militaires clés pour agir sur ciel, mer, terre, espace et cyberespace. Encourager par des financements conséquents la recherche dans les technologies disruptives, et réduire ainsi les dépendances vis-à-vis des autres puissances, est une piste soutenue dans le document.


Enfin, le quatrième pilier vise à renforcer les partenariats des Européens pour améliorer la portée de l’action de l’UE en matière de sécurité et de défense. Des coopérations qui concernent des organisations internationales, telles que l’Otan, l’OSCE ou encore l’Union africaine, ou bien des pays seuls tels que les Etats-Unis et le Canada.


Ces quatre piliers ont ainsi vocation à renforcer l’autonomie stratégique de l’UE.


Comment est-elle élaborée ?

En juin 2020, les ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept ont confié la rédaction de la boussole stratégique au Service européen pour l’action extérieure (SEAE). Placé sous l’autorité du haut représentant Josep Borrell, il a réalisé une analyse des menaces de l’UE, achevée en novembre 2020 .Ce document, classé secret, a été écrit en collaboration étroite avec les services de renseignement des Etats membres.


Le SEAE, en collaboration avec les pays de l’UE, a rédigé l’analyse des menaces. Par ce travail il s’est ainsi assuré du soutien de tous et a pu tenir compte des différentes sensibilités nationales en matière de sécurité et de défense.


Quand deviendra-t-elle réalité ?

Maintenant que la première version de la boussole stratégique a été présentée en novembre aux ministres des Affaires étrangères et de la Défense, les discussions se poursuivent entre Etats membres pour apporter leurs modifications. L’adoption finale du texte doit être effectuée par les chefs d’Etat et de gouvernement lors du Conseil européen des 24 et 25 mars à Bruxelles, l’un des principaux rendez-vous se déroulant pendant la présidence française du Conseil de l’UE (PFUE).


Le contenu de cette boussole ne sera pas gravé dans le marbre : il pourra être mis à jour en fonction de l’évolution des menaces et des réponses à y apporter. Mais quelle que soit sa trajectoire, ce document vise à devenir une référence pour la sécurité et la défense de l’UE.

Source : toute l’Europe

10.01.2022 par Boran Tobelem






L’euro, vingt ans déjà !


Il y a vingt ans, le 1er janvier 2002, les citoyens de 12 pays de l’UE, avaient entre leurs mains pour la première fois des pièces et des billets en euros, ce qui a constitué le plus grand changement de monnaie de l’histoire. Aujourd’hui, 69% des Français sont favorables à l’euro, d’après l’Eurobaromètre de l’automne 2021. Et ils ont raison! Stabilité des prix, taux d’intérêt durablement bas, protection de l’épargne, opportunités accrues pour les investisseurs et bien sûr suppression des coûts de change, l’euro apporte depuis vingt ans de nombreux avantages économiques concrets et simplifie la vie de millions de citoyens européens, travailleurs frontaliers ou voyageurs.


L’euro, une réussite collective européenne

Aujourd’hui ce sont plus de 340 millions de personnes dans 19 pays de l’UE qui utilisent l’euro. Symbole de l’identité européenne et socle de stabilité, l’euro est une réussite collective qui dépasse les frontières de l’UE : quelque 60 pays à travers le monde lient leur devise à l’euro d’une manière ou d’une autre. En vingt ans, l’euro est devenu la deuxième monnaie la plus utilisée au monde après le dollar américain [1] !

Il est sans doute la réalisation la plus concrète de l’intégration européenne pour les citoyens. Dès le début, l’euro a simplifié la vie de millions de citoyens et d’entreprises pour leurs déplacements et leurs affaires à travers l’Europe.

Auparavant, la nécessité d’échanger des devises impliquait des coûts et des risques supplémentaires dans les transactions transfrontalières. Les réalignements de taux de change qui ont périodiquement traumatisé les économies européennes sont devenus de l’histoire ancienne.

Le niveau de vie et l’emploi ont aussi considérablement augmenté. Depuis l’introduction de l’euro, le revenu moyen dans la zone euro est passé de 20 900 € à 33 230 € et le pourcentage de personnes ayant un emploi est passé de 63,6% à 71,8 % [2].