top of page

Solidarité européenne face aux grands incendies

Italie, Grèce, Macédoine du nord, Albanie mais aussi Turquie et Algérie ont été la proie des flammes en cet été 2021, situation dramatique aggravée par des records de températures.

Des moyens exceptionnels en hommes et en matériel ont été mobilisés dans toute l’Europe.

Face à l’ampleur de la situation, l’Italie est la première à faire appel à la solidarité des pays européens en déclenchant le Mécanisme de protection civile de l'UE fin juillet.

Mais rapidement c’est tout le pourtour de la Méditerranée qui s’embrase, mettant en danger les populations, détruisant des villages et détruisant des milliers d’hectares de forêt.


Sardaigne, le 25 juillet 2021 : Les autorités italiennes chargées de la protection civile demandent l’aide de l’UE pour lutter contre les incendies qui font rage dans la région de Montiferru.

Deux Canadair de la base de la sécurité civile de Nîmes sont envoyés en renfort le 3 août bientôt rejoints par deux avions grecs.

Le service de cartographie rapide de Copernicus est également activé pour suivre la situation d’urgence sur l’île à l’aide d’images satellite.

Sur le compte Twitter officiel de la protection civile italienne, un bref message de remerciement à la sécurité civile française est publié car celle-ci s’est immédiatement mobilisée : « Merci Grazie ! » accompagné du symbole de la poignée de main.

« Je remercie la France et la Grèce pour la prompte solidarité dont ils ont fait preuve à l’égard de l’Italie afin d’aider à l’extinction des incendies dévastateurs », a déclaré Janez Lenarčič, le commissaire européen chargé de la gestion des crises.

Les deux Canadair français en train d’écoper


A son tour la Grèce connait début août une situation apocalyptique et la réponse européenne est immédiate :

9 avions, 200 véhicules et près de 1 000 pompiers sont déployés en quelques jours par l'Allemagne, l'Autriche, Chypre, la Croatie, l'Espagne, la France, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, la Suède et la Tchéquie. Parmi eux, la France envoie plus de 240 soldats du feu et 3 de ses 11 bombardiers d’eau Canadair dès le 5 août, deux jours après la demande d’aide internationale formulée par le gouvernement de Kyriakos Mitsotakis. Au total, 22 pays européens et non européens viendront en aide à la Grèce, selon les autorités grecques.


Le 2 aout, L'Union européenne envoie trois avions bombardiers d'eau pour aider la Turquie dans sa lutte contre les incendies qui ravagent depuis six jours le sud du pays, faisant huit morts. Deux Canadair espagnols et un croate sont envoyés pour combattre le feu. « L’UE est en solidarité totale avec la Turquie en cette période très difficile » a affirmé le commissaire européen à la gestion des crises, Janez Lenarcic.


Le 4 août, L’Albanie reçoit 2 hélicoptères envoyés par la République tchèque et les Pays-Bas, et la Slovénie envoie une équipe de 45 pompiers en Macédoine du Nord.


« Le 5 août, un premier groupe de la sécurité civile française est parti en renfort sur l’île d’Eubee en Grèce, composé de 40 sapeurs-sauveteurs de l’unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile n°7 de Brignoles, et 40 sapeurs-pompiers de la zone Sud et Sud-Ouest engagés par la France dans le cadre du mécanisme de protection civile de l’Union Européenne » informe le Ministère de l’Intérieur français.


Des pompiers luttent contre un incendie à Labiri, près de Patras, en Grèce.


Le 15 août, l’Algérie a aussi pu compter sur le renfort des bombardiers d'eau français et espagnol, mis à disposition via l'Union européenne.

« Les deux appareils français ont regagné Nîmes, dans le Gard après avoir effectué 250 largages en 72 heures, principalement dans les régions de Tizi-Ouzou et Bejaïa » a communiqué le commandant Alexandre Jouassard, porte-parole de la sécurité civile française.


Le mécanisme de protection civile de l’UE.


Créé en 2001, le Mécanisme européen de protection civile, dont l’objectif est de renforcer la coopération en matière de protection civile entre les États membres de l’UE et des 6 autres pays participant au mécanisme (lslande, Norvège, Serbie, Macédoine du Nord, Monténégro et Turquie), en vue d’améliorer la prévention, préparation et réaction aux catastrophes. Lorsqu’un pays, en Europe ou ailleurs, est dépassé dans ses capacités de réponse par l’ampleur d’une catastrophe, il peut demander assistance via le mécanisme. La Commission européenne joue un rôle essentiel dans la coordination de la réponse aux catastrophes à travers le monde, et elle contribue à au moins 75% des frais de transport et/ou coûts opérationnels des missions de déploiement.

Proposer une réponse conjointe et bien coordonnée permet aux autorités nationales, lorsqu’elles sont débordées, de n’avoir qu’avec un seul point de contact.

En mettant en commun moyens et compétences, le mécanisme permet une réponse collective plus forte et plus cohérente. Depuis sa création, le Mécanisme européen de protection civile a répondu à plus de 420 demandes d’assistance, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’UE.


Après l’introduction d’une demande d’assistance via le mécanisme, le Centre de coordination de la réaction d’urgence (ERCC) mobilise une aide ou une expertise. Des équipes et équipements spécialisés, tels que des avions Canadair et des équipes de recherche et sauvetage ou des équipes médicales, peuvent déployés sous un bref délai à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Europe.

Les cartes satellitaires produites par le service Copernicus de gestion des urgences viennent également en aide aux opérations de protection civile. Copernicus fournit des informations géospatiales précises et actualisées, utiles pour délimiter les zones touchées et planifier les opérations de secours en cas de catastrophe.

Dans les pays en développement, l’aide fournie par l’UE en matière de protection civile va généralement de pair avec son aide humanitaire. Les experts de ces deux secteurs collaborent étroitement, notamment en cas d’urgences complexes.

Tout pays dans le monde, mais aussi les Nations unies et ses agences, ou toute organisation internationale pertinente, peuvent faire appel au Mécanisme européen de protection civile.

En 2020, ce dernier a été activé plus de 100 fois pour répondre, par exemple, à : la pandémie de coronavirus, l’explosion à Beyrouth au Liban, les inondations en Ukraine, au Niger et au Soudan, le tremblement de terre en Croatie, et les cyclones tropicaux en Amérique latine et en Asie.


Une réponse forte de l’UE en temps de crise :

L’UE a établi une réserve européenne de moyens supplémentaires (la réserve rescEU) lorsque les capacités des États membres sont déjà pleinement utilisées. Cette réserve comprend des avions Canadair et hélicoptères, du matériel médical, des moyens d’évacuation sanitaire et une équipe médicale formée au montage d’hôpitaux de campagne. Pendant la pandémie de COVID-19, l’UE a distribué aux pays qui en avaient besoin des dizaines de milliers de masques et gants chirurgicaux, ainsi que 30 respirateurs. Afin de garantir une meilleure réaction face aux défis futurs, une nouvelle législation relative à la protection civile de l’UE – en vigueur dès mai 2021 – dote l’UE des capacités supplémentaires nécessaires pour répondre aux nouveaux risques en Europe et dans le monde et renforce la réserve rescEU avec une dotation de 1,263 milliards pour la période 2021-2027. Un budget sans précédent pour ce mécanisme !


L’UE soutient et complète les efforts de prévention et de préparation de ses États membres et des autres pays participants en se concentrant sur les secteurs dans lesquels une approche européenne commune s’avère être plus efficace que des actions nationales isolées (évaluation des risques de catastrophe dans l’ensemble de l’UE, soutien à la réhabilitation, et renforcement des outils d’alerte précoce).





Commentaires


à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
bottom of page