Sous un ciel étoilé en Cévennes


Étoiles, constellations et Voie lactée peuvent être admirées à l'œil nu dans le Parc national des Cévennes. Grâce au soutien de l’Europe, le Parc national des Cévennes est reconnu Réserve internationale de Ciel étoilé.

Lors du webinaire du 19 janvier organisé par la Maison de l’Europe sur « La politique de cohésion européenne en Lozère : bilan 2014 – 2020 et perspectives 2021 - 2027 », Richard Scherrer, délégué territorial Massif Causses Gorges du Parc national des Cévennes a présenté la rénovation de l'éclairage public sur le territoire du Parc pour obtenir le label Réserve Internationale de Ciel Étoilé (RICE).


Étoiles, constellations et Voie lactée peuvent être admirées à l'œil nu dans le Parc national des Cévennes, alors que cette observation est impossible pour plus d’un tiers de la population mondiale, du fait d'un éclairage artificiel excessif.

Réputé pour la pureté de l’air et des lignes d’horizon uniques, le Parc national des Cévennes était l’endroit idéal pour créer une RICE avec l’objectif de préserver et d’améliorer la qualité du ciel dans la zone du Parc, en protégeant son environnement nocturne contre les pollutions lumineuses.




En août 2018, il reçoit le label « Réserve internationale de Ciel étoilé ».

Ce label reconnaît l’exceptionnelle qualité du ciel étoilé du territoire et récompense le travail engagé depuis 2013 par l’établissement public, les élus, les habitants, les partenaires institutionnels, les syndicats d’électricité de la Lozère et du Gard, les prestataires touristiques et les associations, pour la protéger et la valoriser.

Avec ses 3560 km² de superficie totale, la Réserve internationale de Ciel étoilé (RICE) du Parc national des Cévennes est la plus grande d’Europe. La France dispose dorénavant de trois RICE dont deux en région Occitanie (l’autre est le Pic du Midi de Bigorre).


L’obtention du label fut un travail de longue haleine.

Afin de prouver une qualité de ciel exceptionnelle, le Parc a dû évaluer la pollution lumineuse émise sur son territoire. Il a mis alors en place deux campagnes de mesures de qualité du ciel étoilé, en 2016 et 2017. Elles ont été réalisées par les agents du Parc, des astronomes amateurs, des professionnels du tourisme, des visiteurs ainsi que par des habitants. Ce programme de mesures est aujourd’hui poursuivi sur plusieurs sites sur le territoire pour lutter contre la pollution lumineuse (excès de lumière dans un environnement nocturne).

Celle-ci peut constituer une gêne pour les organismes vivant la nuit. En effet, de nombreuses espèces animales sont nocturnes. Et cette région abrite une biodiversité extrêmement riche : chouettes, hiboux, chauve-souris, papillons de nuit ou encore mammifères. On estime leur nombre à 30% chez les vertébrés et à 65% chez les invertébrés. Beaucoup d’insectes pollinisateurs vivent la nuit.

De plus, éclairer plus sélectivement les espaces publics, avec des matériels plus efficaces, permet de diminuer les consommations d’électricité. Une bonne conversion d’un parc d’éclairage public obsolète permet une réduction de l’ordre de 50 à 80%.

La charte du Parc national comprend une orientation en faveur d'une politique de sobriété énergétique. Les communes adhérentes ont pris l'engagement de « réfléchir à l’amélioration des consommations et des impacts de l’éclairage public », via notamment des rénovations de leurs parcs d’éclairage et des extinctions en cœur de nuit. Cela veut dire concrètement éclairer mieux avec moins d’énergie et donc moins de coûts.


Dès 2015, l'établissement public obtient des financements européens pour moderniser l’éclairage public. Ce programme européen, appelé ATI FEDER 2014-2020, a versé 710 000 € au Parc, à destination du territoire. Un des critères pour obtenir les financements est de réduire de 65 % à 80 % les factures d’électricité des communes. En mai 2016 et septembre 2017, 24 communes du Parc national se voient allouer l’enveloppe des fonds Feder pour rénover 2 500 points lumineux. Outre cette campagne de financement, des communes rénovent elles-mêmes leur parc d’éclairage.


La beauté du ciel étoilé et des paysages nocturnes participe à l'attractivité touristique du territoire. Les professionnels du tourisme ont été invités à contribuer aux campagnes de mesure de la noirceur du ciel. Des formations sur la pollution lumineuse sont organisées à leur intention et ils sont encouragés à développer des produits en lien avec la nuit. Certaines associations d’astronomie proposent des événements en lien avec l’observation du ciel étoilé, en partenariat avec l’établissement public. De nombreuses activités se sont développées autour de ce thème.

Plusieurs hébergeurs du Parc national proposent même de dormir sous la voûte céleste dans une pyramide de verre, une bulle ou un dôme transparents.



à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe