Stages Erasmus+ en Europe : avec le desserrement des contraintes sanitaires, on accélère

Ce mois-ci plusieurs groupes de jeunes seront en stages de professionnalisation dans divers pays européens.


Un groupe de 6 jeunes suivis par la Mission Locale Jeunes Rhône-Argence (à Beaucaire) sont partis le 24 mai pour 5 semaines en stages à Prague, après plusieurs séances de préparation assurées par la Maison de l’Europe : renforcement en anglais, quelques notions de tchèque pour la vie pratique les premiers jours, ouverture sur l’interculturel.

Prague est une des villes jumelles de Nîmes, où depuis 1923 (avec des interruptions dues à la guerre et aux aléas politiques) le lycée Daudet accueille chaque année 4 élèves tchèques (des jeunes filles, un lycée de Dijon accueille de son côté des garçons) pour leurs trois années de lycée. Il y a donc à Nîmes pendant toute l’année scolaire 12 jeunes filles tchèques, plus une assistante tchèque qui les aide dans la vie courante... et enseigne le tchèque au lycée, une rareté en France.

Les 6 stagiaires avec Monika (à gauche) devant la Maison de l'Europe avant leur départ pour Prague


Le 6 juin ce sont 5 jeunes suivis par les Missions Locales de Nîmes Métropole et de Petite Camargue (Vauvert) qui partent pour 5 semaines en stages à Berlin. Ils seront de retour le 11 juillet.


Le 12 juin c’est en Italie, à Brescia, que partiront en stages pour 4 semaines 4 jeunes de la Mission Locale de Mende (Lozère). Ils seront de retour le 10 juillet.


Fin août c’est pour des stages de longue durée (4 mois) que partiront en Suède, à Lund (c’est le sud de la Suède, pas le grand nord), 6 jeunes suivis par Pôle emploi Occitanie. Un pays d’accueil en plus à la panoplie de la Maison de l’Europe ! C’est à l’occasion d’un projet commun, « My soft city », que la Maison de l’Europe a connu le partenaire suédois de Lund.


Après le retour chaque stagiaire reçoit un certificat Europass Mobilité, très apprécié par les futurs employeurs. C’est un plus important pour un CV, car faire un stage dans un autre pays est un enrichissement de la personnalité et la marque d’une bonne adaptabilité, d’une certaine curiosité et, osons le mot, d’une bonne dose d’audace pour « sortir de sa zone de confort » selon une expression à la mode.


Ces stages demandent évidemment un travail de préparation qui est peu visible mais indispensable : il faut avoir dans la ville de destination une association partenaire qui trouvera pour les stagiaires des entreprises d’accueil et des logements, et veillera à leur bonne intégration ; il faut aussi prendre une part active au choix des jeunes qui partiront en fonction de leurs profils, de leurs motivations, de leur adaptabilité, et faire coïncider les domaines des entreprises d’accueil et les orientations et aptitudes des stagiaires.

Pendant les stages il peut y avoir des aléas et la Maison de l’Europe est en liaison régulière avec à la fois le partenaire local et la Mission Locale qui a sélectionné les jeunes avec elle.

A la Maison de l’Europe ce travail important est le domaine de Monika Oszmaniec, venue de Pologne en 2018 pour une année de volontariat européen et restée à Nîmes.

à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe