top of page

Témoignages: Les aventures de Florian en Turquie et la vie de Greta à Nîmes

Florian passe une année en Turquie


Bonjour, je m'appelle Florian, j'ai 23 ans et je suis parti pour un volontariat à Amasya en Turquie pour un an (10/2021 – 09/2022).

J'ai pu trouver ce volontariat grâce au site « Portail européen de la jeunesse » (https://europa.eu/youth/go-abroad/volunteering/opportunities_fr ).

Ce n'est pas ma première expérience car précédemment j'ai participé à un stage Erasmus + à Kielce, en Pologne, pendant trois mois.


Lors de mon arrivée je fus totalement dépaysé, ce fut un choc. La plupart des gens ne parle pas un mot d'anglais donc c'est vraiment dur de pouvoir communiquer. Mais je me suis adapté et maintenant, au bout d’un mois et demi, tout se passe pour le mieux.


Une semaine après mon arrivée, j’ai participé au séminaire de formation. J'ai pu apprendre plus profondément mes droits et rencontrer de nombreux jeunes qui font leur volontariat dans d'autres villes de Turquie. Ce fut une magnifique semaine.


Lors de mon retour à Amasya, j'ai commencé mon activité dans une école privée. Certaines classes ont un très bon niveau en anglais, les échanges sont très enrichissants. De plus, j'ai pu rencontrer les professeurs d'anglais qui sont tous très amicaux.


La ville d’Amasya


La structure où je travaille est petite mais ses membres sont tous très accueillants. De plus, lors de randonnées organisées par cette organisation j'ai pu rencontrer deux personnes (en plus de mon mentor) qui parlent anglais. J'ai pu communiquer, découvrir différentes traditions, ainsi que la spécialité locale qui est… la pomme.


Magnifiques paysages pendant une randonnée



Témoignage de fin de projet de Greta


« Oh là là ! » - ça, c’est quelque chose que j’entends beaucoup dire ici et l’expression est parfaite pour définir mon expérience de volontaire ici. Je suis une Lettone venue de Riga à Nîmes et maintenant la France possède complètement mon cœur… Le sud de la France et les pains au chocolat pour être exacte.


Pourquoi « Oh là là ! » ? Tant de choses ont été vécues ici et ça m’a fait chaud au cœur. Je me suis fait des amis pour la vie, j’ai appris la langue : je suis arrivée en disant juste « bonjour » et avec la peur d’une langue différente. À l’aéroport, j’ai même dit à la caissière « Gracias ». Il est évident que je ne suis pas espagnole. Ça m'a cassé la tête. Maintenant je suis quelque part entre le niveau A2 et B1 avec le désir de continuer mes progrès. C’est vrai que les Français ne parlent pas bien ou pas beaucoup l’anglais et ça m’a obligé à progresser mais au début la barrière de la langue était très difficile pour moi. Mais c’est la vie.

« Oh là là ! » pour les amis que j’ai rencontrés ici. Amis qui étaient volontaires comme moi, assistants de langue et autres. Ça a été vraiment une expérience internationale. Je me suis fait des amis dans toute l'Europe, en commençant par des amis slaves, des amis méditerranéens, des amis des États-Unis et même du sud de l'Amérique. Je ne pourrais pas être plus reconnaissante.


(photo de gauche, Greta est en bas à gauche)

Un grand merci je dois dire (et je leur ai déjà dit) à mon organisme d’accueil, le centre social RIVES à Vauvert. L’équipe était incroyable- très gentille, très positive-, je me suis toujours sentie comme en famille. Avec le COVID et le confinement, ils cherchaient toujours des choses à faire pour moi et avec leur soutien, j’ai vraiment apprécié d’y aller. J’ai eu la possibilité de réaliser mon projet personnel comme un atelier t-shirt et maintenant ça m’a aidé à le faire comme un petit business. Nous avons fait un projet jeux vidéo avec les jeunes de Vauvert et participé à des ateliers de rap, de breakdance, de parkour. J’ai vraiment dansé le breakdance. J’ai aussi participé à un programme radio « Coucou, l’Europe » où les autres volontaires, mes collègues et moi avons parlé de sujets sur l’Europe et nos pays. Ce n’était certainement pas un travail de bureau ordinaire !

Je suis arrivée en France en fuyant une routine ennuyeuse et en peine d'amour. En me regardant en Lettonie, maintenant je comprends que j'avais besoin d'en voir plus et « de sortir la tête du sol ». La Greta que je rencontre ici, je suis tombée amoureuse d'elle. Elle a vraiment grandi mentalement, spirituellement et certains amis disent même physiquement. Oh là là ! Pour ça, pour la langue, pour la culture, j’ai pris la décision de rester en France, maintenant dans ma chère ville, Nîmes.

Merci. Gracias. Paldies.





Opmerkingen


à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
bottom of page