top of page

Tell Youth : créer un herbier et mieux comprendre la biodiversité

La Maison de l’Europe est partenaire dans un nouveau projet de coopération Erasmus + !

« Tell Youth » est un projet de partenariat de coopération européen financé en partie par le programme Erasmus + regroupant des partenaires roumains, grecs et français. Il a débuté en octobre 2023 et s’achèvera en septembre 2025.

Il s’adresse à des travailleurs de jeunesse et des jeunes qui se formeront et animeront des ateliers autour de la sauvegarde de la biodiversité et de la méthodologie de création d’un herbier.

 

Le projet est porté par l’association HEI (House of Education and Innovation : HEI) basée à Constanta en Roumanie : la directrice Andreea Cosma est partie du constat que les jeunes étaient de moins en moins connectés à la nature dans un monde où l’enjeu climatique devient de plus en plus concret. Elle a donc décidé de mettre en place un projet international en partenariat avec différentes associations, entreprises et établissements scolaires travaillant avec des jeunes afin de les sensibiliser à la sauvegarde de la biodiversité. Les autres partenaires roumains sont l’Université Ovidius de Constanta (Université Ovidius) et le centre culturel Judéen (Centre culturel Judéen ). Les partenaires grecs regroupent l’association KPE (Κέντρο Εκπαίδευσης για το Περιβάλλον και την Αειφορία (ΚΕΠΕΑ) Καλαμάτας (sch.gr) ), un centre d’éducation pour l’environnement et le développement durable et l’association KANE-Social Youth Development (KANE). Enfin, l’autre partenaire français de ce projet est le Syndicat Mixte des Gorges du Gardon (SMGG).

Photo : Présentation du projet à la Maison du Castor à Collias  


La première formation pour travailleurs de jeunesse de ce projet a eu lieu du 14 au 16 février 2024 à Collias dans la Gard. Le SMGG a accueilli les participants à la Maison du Castor et axé cette formation sur les impacts des activités humaines sur les milieux naturels et sur les enjeux de conservation de la biodiversité face au changement climatique. Les professionnels formés ont également appris à reconnaitre et décrire scientifiquement les plantes de la garrigue.

 

Le premier jour, la Maison de l’Europe a animé des temps de connaissance à l’aide d’outils de l’éducation non-formelle puis une présentation sur les Gorges du Gardon a été faite par le SMGG.

Apprendre à identifier les plantes…


Et à les dessiner


L’après-midi a été consacrée à un atelier sur la botanique afin d’apprendre à connaître les particularités des plantes, les différentes familles et les règles à respecter lorsqu’on les cueille. Ensuite, les participants ont pu dessiner des plantes apportées par des botanistes en observant leur aspects et particularités.


Le deuxième jour était une journée sur le terrain. Une balade était organisée dans les Gorges animée par Loïc Bernard, guide nature (Chemins magiques (google.com)) et spécialiste du site. Les participants ont découvert la flore du lieu et ont pu cueillir certaines espèces endémiques.


 Exploration botanique sur les rives du Gardon


Enfin, le dernier jour, tout le monde s’est retrouvé aux archives départementales du Gard. Là-bas, les travailleurs de jeunesse ont appris les techniques de création d’un herbier. Ainsi, avec les plantes qu’ils avaient récoltées la veille, les participants ont pu les presser pour ensuite les laisser sécher.

 

À la suite de cette formation, les travailleurs de jeunesse de retour dans leur pays devront organiser un atelier pour des jeunes, âgés de 16 à 22 ans, afin de leur transmettre les connaissances et les méthodes acquises pendant cette formation.

 

Ensuite, le lundi 25 mars, une visite du site de Collias a été effectuée par la classe de seconde du Lycée Dhuoda de Nîmes. Plus précisément, il s’agissait d’une sortie dans les gorges du Gardon avec Pierre Nahmiaz, chargé de mission Réserve de biosphère, et Eric Ganevalle, ethnobotaniste, qui ont sensibilisé les élèves à la cueillette en mettant l’accent sur les règles à respecter pendant la récolte d’une plante. Une plante a été cueillie par chaque élève et ensuite, les professeurs presseront les plantes et vérifieront leur séchage pour qu’elles soient utilisées pour le workshop du 5 avril, qui aura lieu au Lycée Dhuoda.

 

Les trois autres formations se tiendront en Roumanie (juin 2024), en Grèce et à Nîmes et porteront sur les outils d’expression artistique exploitables au service de la protection de la nature.

Pour mettre en pratique leurs nouvelles compétences, les professionnels de la jeunesse formés dans le cadre de ce projet, organiseront ensuite, chacun dans leur pays, des ateliers de terrain avec des jeunes de 16 à 22 ans. Ces jeunes construiront un herbier numérique au fil des quatre saisons et le compléteront avec des connaissances locales sur les plantes.

Ce projet de coopération se clôturera par une opération de collecte des déchets en milieux naturels et la plantation d’une soixantaine d’arbre dans chaque pays.

 

Pour en savoir plus sur le projet, suivez ces pages :

Découvrez les articles suite à la formation :


 



Comments


à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
bottom of page