Stevenson: un parcours dans les Cévennes labellisé Itinéraire culturel européen

« Je voyage non pour aller quelque part mais pour marcher. Je voyage pour le plaisir de voyager » Voyage avec un âne dans les Cévennes.

Robert Louis Stevenson est surtout connu dans notre région pour son périple dans les Cévennes accompagné de l'ânesse Modestine au caractère parfois difficile, et le récit qu’il en a fait, « Voyage avec un âne dans les Cévennes ».

Ce trajet a pris en 2015 une dimension européenne lorsque le label Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe a été attribué au réseau européen « Sur les traces de Stevenson ».

Les itinéraires culturels du Conseil de l’Europe

Le programme des Itinéraires Culturels a été créé en 1987 par le Conseil de l’Europe dans un esprit de construction européenne fondée « sur la culture, la connaissance de l’histoire, de la mémoire et du patrimoine communs aux Européens. Les itinéraires culturels européens surmontent les distances, les frontières et les incompréhensions » (en référence à la déclaration de Saint-Jacques de Compostelle, fondatrice du Programme des Itinéraires Culturels du Conseil de l’Europe, 1987).

Les Itinéraires Culturels européens maillent l’Europe, en font partie les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, les routes de l’Olivier, l’itinéraire européen du patrimoine juif, la Route des Phéniciens ou les voies européennes de Mozart.

Autour des voyages de Stevenson, de son talent d’écrivain et de ses valeurs humanistes plusieurs associations et structures à travers l’Europe se sont créées pour rappeler son passage. Elles participent à la promotion d’un tourisme doux où les rencontres et la découverte des pays conjuguent activités physiques et culturelles. Elles se sont alors fédérées.

C’est ainsi que L’association européenne "Sur les traces

de Robert Louis Stevenson" a vu le jour en novembre 2013 à Maroilles (petite ville française du Nord, 1 400 habitants, réputée pour son fromage "fort au nez et doux en bouche") afin de promouvoir la vie et l’œuvre de l’écrivain et obtenir la labellisation « Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe », en 2015. Elle redonne vie à différents lieux où Stevenson a séjourné, notamment en Belgique, en Allemagne, en France et bien sûr au Royaume-Uni. C’est un vaste itinéraire de plus de 1000 kilomètres dont les tronçons sont constitués par les Highlands écossais, la ville de Bristol, les canaux du Nord, d’Anvers à Pontoise en passant par Bruxelles et la Thiérache, et les chemins des Cévennes.

Stevenson

Grand voyageur et écrivain célèbre, R. L. Stevenson parcourt le monde entier, partant toujours plus loin de son Ecosse natale à la recherche d’un climat plus favorable à sa santé fragile, pour finir sa vie aux iles Samoa dans le Pacifique.

L’auteur de "L’ile aux trésors" et de "L’étrange cas de Dr Jekill et Mr Hyde" a fait plusieurs voyages originaux pour son époque. En 1876, en compagnie de son ami Walter Simpson, il entreprend un voyage d’une quinzaine de jours, en canoë à voile, d’Anvers en Belgique à Pontoise en France. "En canoë sur les rivières du Nord" sera son premier livre édité. De là il gagne ensuite Barbizon, Fontainebleau et Moret-sur-Loing. C’est alors qu’il fait la connaissance de celle qui sera le grand amour de sa vie, Fanny Osbourne.

Cette Américaine de dix ans son aînée est une artiste-peintre qui vit séparée de son mari Samuel Osbourne et élève seule ses deux enfants. Elle repart aux Etats Unis demander le divorce et Stevenson ne sait pas s’il la reverra.

Pour faire le point, il séjourne au Monastier-sur-Gazeille puis entreprend un voyage à pied, de 220 km, accompagné de Modestine, à la rencontre du Pays des Camisards, qu’il compare aux Covenantaires écossais qui formèrent un important mouvement religieux et politique en Écosse au XVIIe siècle.

En tant qu’écrivain, voyageur, aventurier et idéaliste, Stevenson a laissé une trace dans les lieux qu’il a visités, à travers son œuvre littéraire et sa profonde compassion pour l’humanité. Ces récits de ses voyages sont considérés comme de véritables descriptions ethnographiques des peuples et des pays.

Lorsqu’il atteignit les Îles du Pacifique, Stevenson écrivit des nouvelles et des histoires courtes qui donnèrent une vision nouvelle des sociétés océaniques, qui n’avaient jusqu’alors été décrites que d'un point de vue colonialiste. En 1890, Stevenson s'installe définitivement aux Samoa, en y investissant tout son patrimoine, dans une parcelle de jungle. Sans négliger sa carrière littéraire, il s'investit beaucoup auprès des Samoans et il défend les traditions et l’émancipation des peuples autochtones: lors d'une guerre civile en 1893, il prend même leur défense contre l'impérialisme allemand et frôle le bannissement. Son courage lui vaut la gratitude de la population. Il meurt le 3 décembre 1894 et est enterré, selon son vœu, au sommet du mont Vaea.

Stevenson en Cévennes

Son périple cévenol aujourd’hui mythique a été balisé en 1977 et 1978. C’est l’association «Sur le chemin de Stevenson» qu

i entretient aujourd’hui ce chemin devenu le « GR 70, chemin de Stevenson », fréquenté par plus de 7000 randonneurs par an.

200 kilomètres du nord au sud et une dizaine d'étapes vertes pour cette randonnée qui serpente du Massif Central aux Cévennes. Le chemin de Stevenson était déjà un haut lieu du tourisme, il est maintenant en plus un patrimoine culturel européen reconnu.

Difficile d’évaluer l’impact de la labellisation par le Conseil de l’Europe de ce chemin historique, mais ce chemin joue un rôle positif dans le développement culturel et touristique des Cévennes. Même Modestine a fait des émules et il n’est pas rare aux beaux jours de croiser des randonneurs accompagnés d’un âne.

Modestine possède aussi un « fan club ». D’origine franco-écossaise, l’association "The Modestine Society" est créée en 2016 à Édimbourg, en hommage à Robert Louis Stevenson, à son œuvre et à son humanisme. Cette association amicale internationale est destinée à favoriser des échanges culturels et sportifs à travers la littérature, la peinture, la musique, le cinéma, le golf, la voile, le tennis, mais aussi la gastronomie !

Quand les chemins européens se croisent.

Sur l’autoroute A26 entre Saint-Quentin et Reims on peut voir ce panneau: "Le tronçon de l'Aisne de l’EuroVélo 3 a été baptisé Véloroute Stevenson".

Une véloroute est un itinéraire pour cyclistes à moyenne ou longue distance d'intérêt régional, national ou européen, reliant des régions. L'Eurovélo 3, souvent appelé "la route des pèlerins" ou "la Scandibérique", va de Trondheim en Norvège à St Jacques de Compostelle (Santiago de Compostela) en Espagne, un parcours de 5 100 km,,avec une traversée en bateau du sud de la Suède au Danemark. La partie française va de Jeumont à la frontière belge jusqu'au col d'Esnazu à la frontière espagnole (près de St Etienne de Baïgorry), plus de 1700 km du Nord au Sud-ouest en passant par Paris, Tours et Bordeaux, avec beaucoup de détours.

à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
50 ans de la MDE :
que s'est-il passé en 1966 ?
ARCHIVES

Coordonnées

46-48 rue de la République
30900 NÎMES (France)
+33 (0) 4 66 21 77 50
info@maison-europe-nimes.eu

horaires

Du Lundi au Vendredi
de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Icône sociale YouTube
  • Instagram

Principaux partenaires

Région_Occitanie_2017.jpg
logo_gard_CMJN_1000X1000.jpg
logo-ville-de-nimes.jpg
640px-Erasmus+_Logo.svg.png