top of page

Petit retour sur le documentaire « Toi d’Europe »

Le 31 mai, en partenariat avec l'Université de Nîmes, la Maison de l'Europe de Nîmes a accueilli Sophie Hériaud, coréalisatrice du documentaire "Toi d'Europe", pour un ciné-débat labellisé PFUE (Présidence française du Conseil de l’UE). La projection-débat s’est faite dans le grand amphi de la faculté des sciences de Nîmes. Trois classes de lycées nîmois, notamment, ont assisté à la projection et Sophie a répondu à leurs questions.


Sophie Hériaud et Francesca présentent le documentaire « Toi d’Europe »


L’origine de ce documentaire : Mathilde et Sophie Hériaud, deux sœurs de Bretagne, sont allées à la rencontre de jeunes dans presque tous les pays de l'Union européenne (il y en avait alors 28) et ont monté un documentaire vidéo de 52 mn à partir des interviews réalisées. "Toi d'Europe" a ainsi récolté les témoignages de jeunes européens et leurs attentes sur l’avenir de l’UE. Et « Toi d’Europe » est aussi une association qui continue à s’investir dans l’information sur ces mêmes sujets par une web-série, en fonction de l’actualité, en particulier le Covid et la guerre en Ukraine :Toi D'Europe - YouTube .


Je souhaite ici revenir sur certaines particularités très intéressantes de ce documentaire. Plusieurs choix délibérés ont orienté le projet :

- ne pas chercher à obtenir des subventions européennes, pour garder une totale liberté d’expression

-- ne pas montrer la personne qui fait l’interview ni faire entendre ses questions : cela donne au documentaire une plus grande fluidité et spontanéité

- laisser les jeunes interrogés dire ce qu’ils ont envie de dire, même si parfois ce n’est manifestement pas une réalité. Par exemple la situation de travailleurs détachés italiens pour un grand chantier au Danemark est décrite par un jeune comme une « exploitation à outrance de ces travailleurs », alors que l’Union européenne impose que les règles sociales danoises soient appliquées à ces travailleurs, notamment pour le temps de travail et les salaires.

- seulement au montage répartir les interviews en 4 grands thèmes qui sont apparus comme pertinents à ce moment-là : politique – économie – social – environnement. Sur chacun de ces thèmes ou sous-thèmes la situation dans l’UE est schématisée en quelques lignes, avant les interviews ; on peut penser cependant que l’intérêt des regardeurs (surtout les jeunes) se porte plus sur ce que disent les jeunes interrogés que sur ces quelques lignes.


Le documentaire est agréable à regarder, avec un rythme soutenu, sans précipitation.


Une limite de ce documentaire est certes que tous les jeunes interrogés font ou ont fait des études supérieures ou en tout cas parlent bien l’anglais. Ils ne sont donc pas complètement représentatifs de la diversité sociale du pays dans lequel ils sont.

Difficile cependant de faire autrement quand, pour des raisons évidentes de coût, on passe peu de temps dans chacun des pays visités (en se limitant à une grande ville, généralement la capitale) : pour trouver les jeunes à interroger, les réalisatrices sont passées par les réseaux sociaux (en anglais) et par les réseaux de jeunes des séjours Erasmus, pour lesquels l’anglais est la « langue commune », qu’on le regrette ou non.


Globalement un grand bravo pour cette initiative intéressante et réussie et pour les actions de « Toi d’Europe » ! Et merci à Sophie d’être venue à Nîmes.

Jean-Jacques Smedts

Bình luận


à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
bottom of page