top of page

Un grand pas vers une base européenne de sécurité civile à Nîmes

Nîmes Métropole devrait bientôt accueillir à côté de son aéroport la première base européenne dédiée à la Sécurité civile et à la protection des personnes : fin septembre l'Union européenne vient de donner son accord.


"Ce projet de hub européen de la sécurité civile à Nîmes est un enjeu économique et industriel majeur pour l’Agglomération", s’est réjoui Franck Proust, président de Nîmes Métropole. Pendant ses mandats de député européen (2011-2019) il n’avait pas ménagé ses efforts pour faire aboutir ce projet, faisant venir plusieurs fois à Nîmes le commissaire européen à l’aide humanitaire et à la gestion des crises de l’époque, le Chypriote Christos Stylianidès.

Nîmes Métropole dispose déjà depuis 2017 de la Base d’avions de la sécurité civile – BASC (dont les célèbres Canadair bombardiers d’eau) et depuis 2007 de l’échelon central du Groupement d’hélicoptères de la sécurité civile, avec des structures de commandement d’opérations, de formation des équipages et de maintenance des appareils. Un détail : on parle très souvent de l’aéroport de Nîmes-Garons, ou même simplement de Garons, mais la BASC et le Groupement d’hélicoptères sont en réalité sur la commune de Saint Gilles, comme d’ailleurs l’aérogare. L’existence de ces moyens importants, souvent sollicités pour la lutte contre des catastrophes naturelles (notamment les incendies de forêts) dans d’autres pays européens, a évidemment été un argument de poids dans le dossier de Nîmes Métropole, en réponse à un appel à candidatures de la Direction générale de la protection civile et de l’aide humanitaire de la Commission européenne.

La base d’avions de la sécurité civile

Ce projet de Centre européen d’excellence de sécurité civile à Nîmes Métropole a été déposé par l’État français et Nîmes Métropole, sous le nom "Nemausus", avec le soutien de plusieurs autres pays de l’Union européenne : Allemagne, Chypre, Croatie, Espagne, Italie, Suède. Une étude de configuration sur l'organisation de ce Centre, financée par 500 000 € venant de l’Union européenne, sera fournie à l'été 2022.

Comentarios


à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
bottom of page