top of page

C’est l’heure des adieux pour Sarah et Esther

Presque 1 an à la Maison de l’Europe… voici mon expérience !


C’est à cette même période l’année dernière que j’ai connu la Maison de l’Europe. À ce moment-là, j’étais inscrite à la Mission Locale et j’allais à Berlin pour faire un stage Erasmus+ au Parlement européen de la Jeunesse.


Après mon expérience de stage, j’ai recontacté la Maison de l’Europe pour faire un stage… qui s’est ensuite transformé en service civique.

Ces 10 mois ont été enrichissants et challengeants mais avant d’entrer dans les détails, je vais me présenter et expliquer mes rôles.

Présentation de la mobilité européenne lors des portes ouvertes à l'IRFSS Croix Rouge de Nîmes


Je suis Sarah Dramé, j’ai 24 ans. J’ai fait des études de langues et j’ai quelques expériences professionnelles à l’international notamment en Colombie, au Japon et en Allemagne. En tant que service civique à la Maison de l’Europe, je porte plusieurs casquettes : je participe à l'organisation et la gestion des groupes de langues, j’informe le public sur l'UE, les politiques et les programmes européens, je participe aux événements et manifestations grand public et contribue à leur organisation et enfin je donne des cours d’anglais. Toutes ces tâches sont très variées, ce qui m’a permis de comprendre ce que j’aimais faire et ce qui me plaisait moins.


J’ai beaucoup aimé organiser nos interventions notamment nos ateliers de Noël ou faire partie du comité d’organisation pour la journée Erasmus Days à la CCI du Gard. Collaborer avec les représentants des lycées pour gérer le flux des élèves, organiser le buffet, préparer les salles pour l’accueil des élèves a été une expérience qui m’a marquée parce que j’ai découvert que l’organisation et la prise des décisions lors de la gestion d'événements était mon point fort.

Photo prise lors de l'évènement ERASMUS DAYS à la CCI Gard


J’ai aussi découvert que la gestion de l’accueil n’était pas mon point fort. Le fait de jongler entre gérer ses tâches, prendre les appels qui n'étaient pas toujours agréables, et informer le public sur nos actions était parfois difficile.


Puisque c’était ma première expérience professionnelle longue durée, j’ai aussi appris sur moi-même et sur les compétences que j’aurai à améliorer : savoir gérer les situations stressantes, avoir une communication claire avec ses collègues de bureau et aussi avoir un bon équilibre professionnel-personnel.


Cette année a été marquée non seulement par des événements qui m’ont affectée personnellement mais aussi globalement : la pandémie a impacté la façon dont on travaillait. Nous étions parfois inquiets pour nos proches puisqu’on était souvent en contact avec le public, on a dû réorganiser la façon dont on travaillait en étant en télétravail, etc. Il y a aussi eu la guerre en Ukraine qui nous a tous touchés d’une manière ou d’une autre. Je me suis beaucoup questionnée sur l'existence d’une armée européenne, comment faire respecter les droits internationaux et surtout comment faire régner la paix. À notre échelle, la Maison de l’Europe a ouvert ses portes aux réfugiés ukrainiens en leur offrant des cours de français gratuits et puis nous avons aussi organisé une rencontre solidaire durant laquelle nous avons récolté des fonds. Malgré ce terrible évènement qui nous touche tous, voir le monde entier être solidaire m’a donné du baume au cœur.

Pique-nique avec les volontaires et leurs tutrices


Grâce à ce service civique, j’ai des perspectives professionnelles beaucoup plus claires et ça a confirmé mon envie de travailler dans un contexte européen. Je remercie la Maison de l’Europe de m’avoir accueillie !



Intense, éducatif et amusant : c’est ainsi qu’Esther qualifie son séjour d’un an à Nîmes


Mes premiers jours à Nîmes ont été à l'image du reste de l'année : intenses, éducatifs et amusants. J'étais à Nîmes depuis moins de 24 heures lorsque j'assistais déjà à mon premier événement au nom de la Maison de l'Europe au Lycée Albert Camus. Tout était nouveau, parler en français (ce que je n'avais pas fait depuis environ 9 ans), les programmes Erasmus+ dont je devais informer les visiteurs, les gens et la ville de Nîmes. Heureusement, j'étais entourée de collègues et ils m'ont soutenue. La Maison de l'Europe te donne la liberté et la responsabilité de te développer toi-même, tout en restant assez proche pour t’apporter le soutien nécessaire.


Quelques jours plus tard, j’ai pu assister à la conférence de la FFME (Fédération française des Maisons de l’Europe) à Bourg-en-Bresse à la dernière minute. Quelle expérience ! Un environnement totalement différent, trois jours à écouter et parler en français et rencontrer toutes sortes de personnes du reste du pays partageant les mêmes idées sur l’Europe. C'était intensif mais une expérience à ne jamais oublier, et j'ai pu serrer la main de Clément Beaune !

Esther (3ème à partir de la gauche) aux journées de la FFME en présence de Clément Beaune (au centre)


Les mois suivants ont été mouvementés, mais instructifs. J'ai présenté plusieurs réunions d'information, enseigné l'anglais à l'Ecole de la deuxième chance et à des jeunes qui partaient à l'étranger pour un stage Erasmus+, participé à des événements dans des lycées pour des animations et des ateliers pédagogiques européens, répondu à des courriels et des appels téléphoniques, géré les réseaux sociaux et organisé plusieurs Cafés Linguistiques et cafés Multi Kulti. J'ai également été l'animatrice du groupe français lors d'un échange de jeunes à Spessa en Italie. Grâce à ces expériences, j'ai rencontré de nombreuses personnes, j'ai beaucoup appris sur Erasmus+, la Maison de l'Europe et Europe Direct, l'Europe, l’éducation non formelle, l'éducation française et la France en général, et j'ai amélioré mon français.

Prêtes pour le départ en Italie !


Jusqu'à il y a dix mois, je n'avais jamais été dans le sud de la France et je n'avais jamais entendu parler de la ville de Nîmes. Maintenant, je sais que la ville de Nîmes n'est pas seulement l’homonyme du jean denim, mais que c'est aussi une belle ville pleine d'histoire, de choses à faire, de gens sympathiques et de bonne nourriture. Le temps que j'ai passé en France va me manquer, mais j'espère apporter une partie du style de vie français avec moi à Amsterdam. C'est grâce aux personnes avec lesquelles j'ai travaillé et vécu ici à Nîmes que je me suis sentie chez moi pendant ces 10 mois.


Cette expérience n'aurait pas été aussi positive sans les autres volontaires européens présents à Nîmes. Non seulement, j'ai travaillé avec eux sur, par exemple, nos ateliers de Noël et le Joli mois de l'Europe, mais j'ai aussi découvert et eu beaucoup de plaisir en dehors du travail. Qu'il s'agisse de notre soirée hebdomadaire de cinéma français, du sport le mardi, des soirées raclette, des week-ends à Lyon, Bordeaux et Toulouse, ou simplement des rencontres dans les jardins de la Fontaine, c'était toujours amusant et cela a élargi ma vision de la vie.


Esther présente son pays et ses spécialités au Café Multi Kulti


Je tiens également à remercier l'équipe et le bureau de la Maison de l'Europe pour ces 10 mois merveilleux à Nîmes. Je me suis rapidement sentie intégrée à l'équipe internationale et j'ai apprécié de travailler avec vous ! Continuez à faire du bon travail et j'espère vous revoir bientôt !



תגובות


à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
bottom of page