Editorial


AUX URNES CITOYENS !

Les grandes manœuvres commencent en France pour préparer les élections européennes de 2019 (voir l'article « Les élections européennes »).

En premier lieu, sur quelle base territoriale élire les futurs députés européens ? Le système actuel des (trop) grandes euro-circonscriptions, appliqué pour les élections européennes de 2004, 2009 et 2014 ne satisfait personne : Gardois et Lozériens nous appartenons à une circonscription allant du Bas Rhône à Bordeaux ! Le gouvernement a choisi une circonscription nationale unique, système qui existait avant 2004 et ne donnait pas non plus satisfaction car les députés européens devaient couvrir toute la France pour faire campagne et se faire connaître! Par contre, caler les circonscriptions électorales sur les nouvelles régions n'a pas été retenu.

D'autre part, le départ prévu du Royaume-Uni de l'UE libère 73 sièges de députés. Qu'en faire ? Créer des listes transnationales ? Réattribuer les sièges aux Etats restants ? Ou en profiter pour réduire le nombre de parlementaires ?

Ensuite, est-ce que les partis politiques français vont enfin prendre au sérieux ces élections et arrêter "d'exfiltrer" au Parlement européen des recalés des élections nationales ? A ce jour, les dirigeants des principaux partis français ne souhaitent pas mener les listes européennes de 2019... Quand comprendra-t-on que réagir à un texte européen déjà voté est inutile ? Il faut que nos députés européens français s'investissent durablement très en amont dans les commissions parlementaires et ne se contentent pas d'apparitions éclair à Bruxelles et Strasbourg et de déclarations fracassantes à Paris.

En quatrième lieu, sur quels thèmes va s'organiser la campagne ? Pour ou contre l'appartenance à l'U.E. ou comment faire en sorte que l'U.E. soit plus efficace ? Il est probable que le débat va plutôt s'orienter vers la première possibilité car c'est plus simple et vendeur pour les médias et les politiciens! Nous risquons d'avoir un front commun des anti-européens de conviction (les extrêmes) et des eurosceptiques opportunistes (l'opposition de droite et de gauche) contre des candidats pro-européens regroupant ceux de La République en marche (L.R.M.) et les transfuges d'une droite et d'une gauche devenues europhobes. La cassure des partis politiques français va probablement s'accentuer autour de la question européenne.

Par ailleurs, après les élections, comment vont se recomposer les groupes au Parlement européen ? Verra-t-on encore cohabiter au sein du Parti populaire européen (dont les statuts prévoient de fonder une Union européenne fédérale !) la C.D.U. De Mme Merkel, les Républicains de M. Wauquiez, les « il-libéraux » de M. Orban, la Forza Italia de M. Berlusconi ? Que va-t-il rester des socialistes européens suite aux défaites électorales dans différents pays ? Que vont devenir le groupe des Conservateurs et réformistes européens et celui de l'Europe de la liberté et de la démocratie directe qui vont perdre chacun 20 députés britanniques ? Dans quel groupe vont aller les députés L.R.M. ? La carte des groupes parlementaires européens va être profondemment chamboulée.

Enfin, comment va être désigné le futur président de la Commission ? Est-ce que le candidat proposé par le parti qui remportera les élections européennes (le « Spitzenkandidat ») sera adoubé par les gouvernements des Etats membres de l'U.E ? Ou ces derniers vont-ils vouloir reprendre la main et, dans le secret des couloirs, désigner l'homme (ou la femme) qui leur convient.

Et si nous, citoyens européens, nous obligions les partis politiques à prendre au sérieux les élections européennes ? Si nous leur demandions d'avoir de vrais programmes européens ? Si nous refusions de voter pour ceux des députés de la précédente législature qui ont joué les fantômes? Si nous exigions que les gouvernements tiennent compte de notre vote pour désigner le président de la Commission? Pour cela, une seule condition : s'intéresser en tant qu'électeur aux europénnes et voter!

Frédéric BOURQUIN, président de la Maison de l'Europe de Nîmes

à l'affiche
Posts récents
Lettres Europe
no-posts-feed.on-the-way
no-posts-feed.stay-tuned
50 ans de la MDE :
que s'est-il passé en 1966 ?
ARCHIVES

Coordonnées

46-48 rue de la République
30900 NÎMES (France)
+33 (0) 4 66 21 77 50
info@maison-europe-nimes.eu

horaires

Du Lundi au Vendredi
de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Icône sociale YouTube
  • Instagram

Principaux partenaires

Région_Occitanie_2017.jpg
logo_gard_CMJN_1000X1000.jpg
logo-ville-de-nimes.jpg
640px-Erasmus+_Logo.svg.png